Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2015 : Orateur n°28 Tearaitua TEIHOTU

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 31 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère
  • Par Polynésie 1ère
  • Publié le

Tīrare i ni′a i tā ′oe faufa′a tumu
Laissons-nous bercer par notre patrimoine !

Lauréat  n° :28Date de naissance :
29 mai 2004
Age : 11 ans
Ile  :
 
TAHAA
Commune :
 
TAHAA
Aire linguistique :
Reo tahiti
 
Archipel :
Société
Classe :
CM2
Genre littéraire :
Fa′ateni
 
Texte en tahitien
 
E ha′uti nā tō tahito ra i te au maita′i o te amoamo ′e o te tā′ue′uera′a, i pehehia na e te mau reo ri′i hīmene a te ta′ata tūra′ira′i ′e i te paho o te ′ata.
′E ′ia huri ′ē ra, ′o te roimata ïa. E′ere atura ïa nō te ′oa′oa, nō te rahi rā o te māuiui i te topara′a iho i raro, ′e i te ta′ira′a reo o terā ra mau rū′au i te nā-′ō-ra′a ē : " I aha na ho′i ′oe i te manu.  Ahē ! Erā ē ′ua roa′a ia verā mā. ′Ore roa a′enei te ta′i.
 
E te huimana o te fenua, i tīrare na tō mātou mau tupuna i te reo o te aroha ′e te here  ma te ta′i ′ono′ono o te ′oa′oa, i te paraura′a atu ia ′outou i teie nei ′āru′i ē ′ia ora i tō tātou fārereira′a.
E tīrare i natihia e to mātou mau hui metua i te fenua ′e te taura firinape motu ′ore o te here ha′amo′ahia i te parau tāhuti ′ore, i parauhia ai ′oe ē ′o Murifenua (derrière la terre, l′arrière-pays).
 
Te ′ite pa′ari i te tīrarera′a nā te moana tārere e tere e ′imi i te ora. Te ora i arata′i mai tō mātou mau hui metua ′e i muri mai i te fenua.
Te tai manina i te ′ū pa′o o te aho ora ′ia puhihau nā te fa′a, i te tomora′a ′e i roto e tae atu i te ′ōtu′e ra e nu′u atu ′e i muri mai i te fenua, nō vai ïa ′āi′a i te nehenehe fa′ahina′arohia.
 
′Ia horo nā tāri′a nā raro i te pape i te fa′aro′ora′a i te ta′i navenave o te pehe e fa′a′otohia mai ra, nā vai ā ïa faufa′a ′e i muri mai i te fenua.
′Ia horo tō hia′ai māha ′ore nā te mau peho ri′i mo′emo′e roa o te fenua i te horo pūpara-noa-ra′a o te ′ohipa a nā rima itoito ′e te pāutuutu i tō aro ′ia oha i te fa′atura. ′E inaha, e ′ite atu tei haere nā te ′ānāvai i terā e haere ihora nā te tua′āivi, nō hea mai ïa pūai i te faufa′a hōro′a noa, ′e i muri mai i te fenua.
′E ′ia oha tō aro nā raro i te repo i te haeha′a i te hi′o-tūtonu-ra′a i tei hōro′ahia mai, tīrare tō ′ā′au i te nehenehe fāito ′ore o te nātura, nā vai ā ïa faufa′a ′e i muri mai i tō tātou fenua.
′Ia fa′aue te metua i te tamaiti, e tanu tāua i te fe′ī nō te fānau, ′e ′ia tae i te mahana fa′ahanahanara′a tē para maira, tei hea atu ra ïa faufa′a ?
 
′Ia haere, e pupu ta′ata i te rava′ai, ′e ′ia ho′i mai, ′ōpere māite ihora ïa nā te tā′ato′ara′a o te huira′atira, ′ua varavara roa ïa huru hōho′a ta′ata.
 
Tē haere iho ra terā nā te arati′a, tē tuō atu nei ïa teie : ′a haere mai e tāmā′a. Tē ′ore atu ra ïa peu.
 
′Ia ′ā′amu te fenua i tōna ′ā′ai i te tarià òre i te fa′aro′o i tō tātou ti′ara′a ta′ata ′āi′a, ′e i muri mai i te fenua, tē vai ra ānei ïa faufa′a ?
 
E te mau metua tamari′i, te mau metua pa′ari ē, e faufa′a i fatuhia e te fenua.
Fa′ahereherehia i te tau ē ′aita e moni. Ho′ohia e te here i tō hīro′a tumu i te orara′a i tīrarehia na e tō tahito ra, te taipe fa′a′itera′a ′e nō muri mai te fenua.
E faufa′a ra i fatuhia e te nounou e te fe′i′i i teie mahana.
′E ′ia ′ore tātou e ti′a e pāruru, e tano ïa te parau a te mau rū′au : « I aha na ho′i òutou i tā tātou faufa′a. Ahē, erā ′ua riro ia vētahi ′ē ! »
 
Fa′aitoito, māuruuru.
 
 
 
Papa′i-oti-roa-hia e Lazare PAIA i te 28 nō fēpuare 2015 i Tapu′amu TAHA′A
 
Traduction
 
Il est un jeu autrefois fort apprécié pour son effet d′élan et de balancement, bercé par les chants du pousseur et par les éclats de rire joyeux.
Mais la bascule vient à perdre son équilibre et là, les larmes font place à la joie, tant la chute et les commentaires des anciens, moqueurs, blessent : mais qu′as-tu fait du volatile ? Quel dommage ! Il t′a échappé, mon pauvre. Mais fièrement les larmes sont vite ravalées.
Détenteurs du pouvoir, sachez que nos ancêtres se balançaient sur les principes de l′amour fraternel. Ce soir, ils implorent de joie, si heureux comme moi de vous rencontrer et de vous saluer ce soir.
C′est un lien mutuel à la terre soigneusement tissé par la génération de nos parents du plus profond de leur être. C′est un lien sacré par une promesse inhérent à ton nom Murifenua qui signifie "derrière la terre" ou l′arrière-pays.
La sagesse a bercé nos aînés pendant la traversée de l′océan infini à la conquête de la vie qui les a guidés jusqu′à l′arrière-pays.
Si profondément marqués par la mer sombre porteuse de l′ultime souffle de vie, la brise les mène vers la vallée en passant la côte pour arriver jusqu′à l′arrière-pays, terre si convoitée. A qui donc cette terre natale appartient-elle ?
Lorsque nos sens parcourent la rivière à l′écoute de son chant mélodieux, qui pourrait encore mériter pareil privilège ?
Ta curiosité insatiable parcoure les petites contrées silencieuses et découvre avec surprise l′exploit des mains courageuses et solides. Il ne peut qu′inspirer ton profond respect. Ainsi celui qui longe la rivière peut aisément voir celui qui monte la colline. Quel don généreux de la nature et de cette richesse derrière la terre !
Et si tu t′abaisses d′humilité pour admirer la nature ton coeur (se) balance de joie devant une telle beauté. Qui pourrait encore jouir d′un tel patrimoine ?
Lorsqu′un parent suggère à son fils de planter de la banane de montagne pour la naissance, et qui arrive à maturité le grand jour, pourrait-on encore y trouver pareille aubaine ?
Lorsqu′un groupe de pêcheurs revient de la mer et partage équitablement sa prise pour toute la communauté, il est désormais rare de voir pareil geste.
Il était coutume d′appeler celui qui passe par le chemin pour l′inviter à manger. Aussi cette coutume se fait-elle rare de nos jours.
La terre conte son histoire à ceux qui ne prêtent pas l′oreille quant à l′importance des natifs comme nous, aurons-nous encore une telle chance ?
Chers parents, chers aînés, c′est un patrimoine qui appartient à cette digne terre.
Préservé du temps où l′argent n′avait pas d′existence. Notre amour pour notre culture l′a vendu à la vie qui berçait nos ancêtres, symbole particulier de Murifenua.
Mais c′est un patrimoine détenu à présent par la convoitise et l′envie.
Si nous ne nous levons pas pour le préserver ainsi la parole des anciens fera t-elle sens : "Qu′avez-vous fait de votre patrimoine ? Quel dommage qu′il soit désormais entre les mains d′autrui ! ".
Je vous souhaite du courage!
 
 
 
Lazare PAIA, 28 février 2015, Tapuamu.
Traduction : Mirose PAIA
 
Tahiti Informations

Alerte infos polynesie tahiti

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

vos programmes tv