publicité

Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2016 : Orateur n°16 - Sylvie Heikura Ravea

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 28 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero.

Orero 2016 : Orateur n°16 - Sylvie Heikura Ravea © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Orero 2016 : Orateur n°16 - Sylvie Heikura Ravea
  • Par Polynésie 1ère
  • Publié le , mis à jour le
« Mémoires de Tureia au temps des essais nucléaires : l’histoire de mon atoll durant la période des essais nucléaires ». La vie était simple autrefois sur Tureia et la pêche, abondante. Mais un jour de 1964, l’armée française débarque… « Je suis terrifiée et inquiète pour moi et pour les générations à venir. Une plainte s’élève de mon âme vers toi ! (…) dites-moi, que sera demain… mon Avenir ? »
Orero 2016 : Orateur n°16 - Sylvie Heikura Ravea

 

                            
Le lauréat
N°16
Nom et prénom Date de naissanceAge Ile Commune Classe
RAVEA Sylvie, Heikura19/11/200510 ansTUREIATUREIACM1
 
Hamanakohaga ki te orahaga ki Tureia ki te tau o te tamatahaga ātōmīMémoires de Tureia au temps des essais nucléaires
Arohahaga :
Manava koutou e te haga tika mana o te henua
Kia ora na koutou e te tōmite 
Kia ora na koutou e te haga manihini
Tātou katoga i kāmui mai ki teie ruki
Kia ora na ki tō tātou fārereihaga !
Ko vau hoki teie ko Heikura a RAVEA
E tamariki nā Mataa ē nā Sylvie
E tika kōrero vau nō te fare hakapikihaga nō TŪREIA
E fakatika atu vau ki te kakai o tōku henua ki te tau
o te tāmatahaga ātōmī
Salutations :
Bienvenue aux instances du Pays,
Bonjour au comité
Bonjour aux invités
Nous tous, rassemblés ici, bonsoir !
Que cette rencontre soit chaleureuse !
Je me présente à vous, RAVEA Heikura
Je suis l’enfant de Mataa et de Sylvie
Je suis la gagnante du concours de kōrero de l’école Primaire de TUREIA
Je vais vous raconter l’histoire de mon atoll durant la période des essais nucléaires.
Kakai :
Tē nāko ra te haga koromātua (rūkau)
Ki mūtagara, kaore e fare hakapikihaga i Tureia.
E kāputuhia te haga koromātua ē te haga tamariki ki roto ki te farehau ē te fare putuputuhaga o te Paroita katorika. Ē e orahaga gōhie roa.E haere te tagata e
kānehu ki te paru ; e kāpoka ki te koeha ; e tukituki ki te kanoe ; auē te reka o teie haga katiga. E tikitiki te roeroe.
 
 
Matahiti 1964 ( rari tauatini nipa hanere hene gahuru ma ope), kua tūpage mai te nuku faehau farāni ki ruga ki tō mātou henua. Ki reira te tupuhaga te tauihaga o te orahaga i Tureia. Kua roaka te  mauhaga. Kua poihia mai te haga katiga mai te koea moa, te koea puakatoro, te haga komo monamona ē te tahi komo koia hoki te pia ē te whisky.
                                                          
E piti matakeinaga i tika mai ki TUREIA.                        
Mai Tahiti henua ati atu ki Hitihaga e ati atu ki Fagataparuru fakatoki atu ki Tutogi, ko Fakamaru īa te oire o te huiragatira nō Tureia.  Kua patu te haga tupuna ki te tahi tura komo puga nō te huiragatira.
 
 
Tē vai noa ra te kūkeri ki Tataro.
Ko Tane a BRANDER te tavana ki terā ra tau
Ko Vaerua a TERAKAUHAU te katekita o te paroita katorika.
Mai Kimione te henua piri ki te menema katorika ē ati atu ki Tautearoha huri aro ki te fare manureva ko « OPP » īa te igoa ko te nuku faehau matakeinaga.
Kua patu te nuku faehau farāni te haga fare nohohaga nō rātou ē te haga fare nō tā rātou haga.
Kāore e huiragatira i kite ake teie haga fare toreu nō te mea e iti roa te haga fare ki Tureia. E gere katoga te oire ki te mea toreu.
Hava gahuru (80) tagata e ora nei ki Tureia.
Tē vai katoga te tahi fareteata, te faremaki, te fare nō te hipahaga ki te reva, te tahi fare hokohaga  katiga nā te nuku ē te vāhi tauhaga manureva ē te vīvī ē te fare pāruru ātōmī.
 
Te hana e tukuhia ai teie tūpita, e kāmuihia te  
huiragatira ki ruga ki te henua Tagirerehau,
e kōperehia te haga titia kerekere.
E hakararehia te kāmoke.
 
E kamo noa te pura, e hititika te huiragatira.
E hakuti te henua, e mataku te tagata.
 
E i muri ake, e tamata te vīvī e kope ki te takeo ātōmī. Mai te mea ra hoki e puai te tūpita. E poihia te huiragatira ki roto ki te « blockhaus »
nuku.
 
Piti hana ki muri mai, e fakahokihia te taime o te haga mākui e te hau nui. E maherohia te haga tura komo. E kōperehia te haga mōhina komo.
E haere katoga te tagata ki ruga ki te pahī o te nuku nō te tahi hipahaga nā te taote.
 
Ki teie hana, kua roakahia te tagata ki te maki kanoe ē te karapoga puku. Kāore hoki teie haga huru maki ki mūtagara. Nō reira, tē pekapeka nei te manako nōku e nō te uki nō ananahi.
Ma tōku  gākau tē heva tūtagi nei au  kia koe  te metua ki te ragi nui ē, ka aroha mai.
Koutou e fakarare katoga, e fakakarakara teie.
E ! E ara.
E te Hau Farāni ē. Tō Porinetia ē.
Te marigiāvai nei tāku tagi mai te toiti e tōpiti nei
ki te takeo ātōmī.
Tē uiui nei te manako nōku e aha tōku ananahi.
 
Récit :
Voici ce que m’ont raconté les anciens.
Jadis, il n’y avait pas d’école à Tureia.
Les jeunes et les vieux étaient regroupés dans les anciens locaux de la mairie et de la paroisse catholique. La vie semblait si simple et paisible.
Nos parents allaient pêcher du poisson ou des bénitiers, parfois même des poulpes. Oh que cette nourriture abondante était bonne. Elle remplissait nos ventres à n’en plus finir.
C’est alors qu’en l’an 1964, nous vîmes débarquer l’armée française à Tureia. Notre mode de vie allait considérablement changer. Nos parents se virent offrir des emplois et une toute nouvelle nourriture fit son apparition comme la boîte de bœuf ou encore la chair de poulet et bien sûr des boissons. Il y avait des limonades mais aussi des boissons alcoolisées comme la bière et le Whisky.
TUREIA compte maintenant deux villages.
Les terres baptisées par nos ancêtres « Tahiti Henua », « Hitihaga », « Fagataparuru » et enfin « Tutogi » constituaient les limites de notre petit village « Fakamaru ». Nous y vivions tous et nos ancêtres avaient construits des citernes en chaux pour la communauté.
Le puits d’eau était situé à « Tataro ».
Tane BRANDER était le maire en ce temps-là.
Vaerua TERAKAUHAU avait en charge la paroisse catholique de l’île.
De  Kimione près du cimetière jusqu’à Tautearoha et enfin jusqu’à la piste d’aviation, c’était « OPP » le domaine militaire.
L’armée avait bâti des logements, des entrepôts. Les habitants n’avaient jamais vu de constructions aussi gigantesques, eux qui habitaient le minuscule village de « Fakamaru ».
 
Il y avait 80 habitants à TUREIA.
On pouvait aller à la salle de cinéma, à l’infirmerie. Ils avaient aussi construit une station de météorologie, un magasin d’approvisionnement (le foyer), une piste d’avions, un héliport. Enfin on pouvait voir l’abri atomique.
Le jour où se produisait un tir aérien sur Moruroa, la population était conduite dans un hangar « le Blockhaus » construit sur la terre Tagirerehau. On nous distribuait des paires de lunettes noires et nous entendions le compte à rebours.
Tout d’un coup, un éclat de lumière nous faisait sursauter et peu de temps après, nous ressentions une petite secousse terrestre. La peur nous envahissait.
Puis des hélicoptères munis de filets semblaient récolter des débris. Etait-ce radioactif ?
Mais lorsqu’un tir avait été plus fort que prévu, nous étions évacués vers un autre « Blockhaus » de l’armée et nous y restions enfermés.
Deux jours après, la population adulte recevait une petite indemnité financière et l’armée vidait ce qui servait à l’époque de citerne d’eau. On nous distribuait de l’eau potable en bouteille.
Nous allions tous sur un bateau militaire pour y faire des examens médicaux pratiqués par des médecins militaires.
Depuis quelques années, des maladies sont apparues comme les cancers, la tyroïde. Ces maladies étaient inconnues de nos anciens. C’est pourquoi, je suis terrifiée et inquiète pour moi et pour les générations à venir.
Une plainte s’élève de mon âme vers toi ! O mon Dieu qui règne dans les cieux immenses ! Prends pitié de nous ! Vous autres ! oui vous qui m’écoutez ! ceci est un avertissement ! Soyez vigilants !
Ô Mère Patrie, Ô France ! Et  toi Polynésie !
Je verse toutes mes larmes et tous mes pleurs ! Ils sont comme cette pluie qui déverse ce mal atomique.
Oh oui, bien sûr ! je m’interroge, je m’inquiète.
Mais dites-moi, que sera DEMAIN … mon Avenir ?
Arohahaga hōpega :
Māuruuru ki tō koutou hakararehaga mai.
Ka noho rā.
Remerciements :
Merci de m’avoir écouté !
Je vous laisse !
Pāpakihia e TEHUMU-TEIHOTU Kapuroro
Turuhia e TERAKAUHAU Ohuri e MARO Mariu.
Ecrit par TEHUMU-TEIHOTU Kapuroro
Soutenue par TERAKAUHAU Ohuri et MARO Mariu.
 
Tahiti Informations

Alerte infos polynesie tahiti

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

publicité
vos programmes tv
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play