publicité

Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2016 : Orateur n°22 - Léon Raapoto

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 28 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero.

Orero 2016 : Orateur n°22 - Léon Raapoto © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Orero 2016 : Orateur n°22 - Léon Raapoto
  • Par Polynésie 1ère
  • Publié le , mis à jour le
« La langue est la marque de reconnaissance d’un peuple. (…) Parlez votre langue pour permettre à cette génération de jeunes de la maîtriser et de se reconnaître Polynésien grâce à elle. Ta langue, c’est comme le vrombissement des pahu pour te faire revenir à toi. »
Orero 2016 : Orateur n°22 - Leon Pavau RAAPOTO
Orero 2016 : Orateur n°22 - Leon Pavau RAAPOTO  -  Polynésie 1ère

 

 
Le lauréat
N° 22
Nom et prénom Date de naissanceAge Ile Commune Classe
RAAPOTO Léon, Pavau16/11/20069 ansRAIATEATUMARAACM1/CM2
Oriori noa ai au nā Fetuna e, nā ‘Uturoa mai, na ni’a mai i te manureva, tau mai i Fa’a’a e, tae roa mai i Pape’ete nei.
‘E fa’aro’o noa vau i te ′a’aoa a te moa e te ‘aoa a te ‘ūrī.
Uiui noa ai au ē : ‘e aha tā teie ‘animara e parau ra
 
‘Aore au i ta’a i tō rāua reo
Mai te reira mai ā ato’a tō’u tari’a i te fa’aro’ora’a i te tahi mau mā’ohi ta’ota’o
 
I te arohara’a mai ia ‘u i te reo tīpe’e
 
‘Aore au i pāhono ri’i noa a’e
 
Hi’o mata ‘ē hia mai nei au
‘Eaha, e ta’ata rātere ia vau, io ‘u?
 
‘O vau, o Pava’u a Raapoto
Tamarii Fetuna
E tupuna mā′ohi tumu tō’u
E ere hō′ē a tō tātou ?
 
 
Aita ? O vai ia tō ′outou mau tupuna ?
Terā i ha′api′i-noa-hia i te matamua ra e, « nos ancêtres les gaulois ? »
 
Aita tō’u nā mata i ‘ite atu ra i te hō′ē noa a’e « gaulois » ‘iri ravarava e te pa’opa’o.
A tae ho’i e !
 
Tavana ‘oire, ‘e ‘ere ānei i te mea nehenehe ia aroha atu vau e :
Manava i tō tāua fārereira’a.
Te mau fa’atere o te fenua, Manava .
 
Te mau väna’a, Maeva.
Fa’ari’i mai i te tāpa’o o te aroha e te fa’atura.
E ‘ere ānei i te mea fa’atura e te mau vana’a o te reo?
Te huimana e te huifa’aro’o o te fenua,  ‘e ‘ere i te mea au ia aroha atu vau e : Iaora  na i to tātou fārereira’a i roto i te aroha ‘o te Tumu Nui
‘Outou teie naho’a tini tei tae mai i teie heivara’a ‘ōrerora’a parau
Nō te fa’aro’o i tō ‘outou reo, i tō tātou reo tumu
Iaorana i tō tātou fārereira’a.
E ‘ere ānei i te mea ‘ura’ura, Iaorana ?
 
E ‘ere ānei i te mea navenave, Manava, Maeva, Iaorana?
 
 
Te nā ′ō ra te hō′ē reo e : « A ha’amana’o na »
Mai ‘au’iu’i mai ā te urira’a mai te aho ‘o te reo
Mai te hana mai ‘o te tumu te nana’ora’ahia mai tō reo
‘Atu’atuhia  mai ‘e te mau tupuna
 
Ua riro te reo ei ti’ara’a mana nō te hō′ē nūna’a
 
Ua riro te reo ‘ei papa ti’ara’a nō ‘oe ‘e te nūna’a
Ua riro te reo ‘ei hiro’a nō tō ‘oe mā’ohira’a
 
Ua riro te reo ‘ei pehepehe nō tō ‘oe hiro’a
 
Ua riro ato’a rā te reo ‘ei vauvau nō te parau
E reo tā’ati i te moana ‘o Hiva.
E hei natira’a i te fenua
E reo fa’atupu ora
E ‘oto fa’ateni i te ‘ai’a tumu
Ua riro ato’a rā te reo ei ‘una’una nō te hō′ē ‘āi’a
 
‘E aha atura te parau ia morohi a’e i te reo
 
‘E aha te faufa’a nō te hō′ē mā’ohi reo ‘ore
Ua mou ‘aore ‘e aho fa’ahou
 
Na vai ‘e ‘orero ia mo’e atu te u’i rū’au ?
 
Na vai ‘e pehepehe, ‘e fa’ateni i tō tātou ‘āi’a ?
Nā hea te hua’ai ‘e riro ai ‘ei mā’ohi ?
 
 
Teie te poro’i ‘a te mau piahi nō Fetuna
-          ia ‘outou nā mua roa e te mau ti’a fa’atere o te fenua,
-          ia ‘outou e tō mātou mau metua
A parau i tō ‘oe reo ia nehenehe te mau hua’ai tamari’i ia ‘ite ē, ‘e reo tō na, ‘e mā’ohi ‘ō na
 
Tō ‘oe reo, ua riro ’oia mai te haruru ‘o te pahu nō te fa’ateni i te tara ‘o tō iho
 
‘Aita te moa, te ‘ūrī, te pua’a i ha’amā i tō rātou reo
 
‘Aita te vava i ha’amā ia ‘apa mai i tā rātou ta’o
 
Te u’i taure’a e,  ‘a parau ‘i tō ‘oe reo mai teie atu nei ‘e ‘a tau ‘a hiti noa atu.
 
Mauruuru i to ‘outou ‘apora’a mai.
Parahi ana’e.
 
Tout en venant de Fetuna et devant me rendre à Papeete, je passais par Uturoa puis je pris l’avion pour atterrir à Faa’a.
Je n’ai pas cessé d’entendre les coqs chantés, les chiens aboyés.
Je me suis posé la question suivante : quelle langue parlent-ils ?
Je ne comprenais pas leur langage et ce qu’il pouvait bien se dire.
Parfois, j’entends certains employer une langue que je ne comprends guère.
Même il se permette de me m’interpeller dans une langue qui m’est étrangère.
Je ne prête pas attention et je ne réponds pas à leur sollicitation.
Je les regarde tout en me disant :
- Suis-je un étranger ou un touriste chez moi ?
 
Je me présente : je suis Pavau RAAPOTO,
enfant de Fetuna
Mes ancêtres sont polynésiens de souche.
Les vôtres ne sont-ils pas les mêmes que les miens ?
Non ?
Qui sont vos ancêtres alors ?
Sont-ils  ceux que vos parents ont appris sur les bancs de l’école qui disait  «  nos ancêtres les gaulois »
Mes yeux non jamais croisés un « Gaulois » à la peau brune et sombre.
Ah non !
 
Monsieur le Maire n’est-il pas plus beau que je vous souhaite la bienvenue en vous disant :
« Monsieur, enchanté de vous rencontrer »
« Mesdames et messieurs les ministres soyez les  bienvenues.»
« Messieurs les sages, bienvenue »
Recevez toute ma gratitude et le respect qui vous est du à votre égard
N’est ce pas plus respectueux de le faire ainsi.
Aux membres du gouvernement et aux membres des instances religieuses recevez mes salutations dans la grâce du Père céleste.
Enchanté de vous rencontrer.
 
A vous qui venez assister à cette soirée des lauréats des différents concours de l’art déclamatoire
Vous y venez pour entendre votre langue n’est ce pas, non notre langue d’origine.
Enchanté de vous rencontrer.
Bienvenue n’est-il pas un mot plus éclatant à entendre ainsi que « Salut, Bonjour »
 
Il y a une parole qui dit : « Souviens toi »
Depuis la nuit des temps, notre langue a vu le jour,
C’est depuis la création du monde que notre langue a été façonné
 et mis en valeur par nos ancêtres
 
La langue est la marque de reconnaissance d’un peuple
La langue est la carte d’identité d’un peuple
La langue est la manière de t’identifier à ta culture polynésienne
La langue permet à ta culture de s’identifier à travers les chants
La langue est annonciatrice de message, de parole
Une langue pour unifier les peuples de l’Océanie
Une couronne comme lien entre les terres
Une langue source de vie
Un son pour glorifier l’histoire originelle
La langue est là aussi pour montrer la beauté d’une histoire
Qu’adviendra t-il si notre langue venait à disparaître ?  
Quelle est la valeur d’un polynésien sans sa langue ?
C’est comme celui qui ne peut plus respirer
 
Qui viendra déclamer si la génération des anciens venait à disparaître ?
Qui chantera, qui déclamera nos récits ?
Comment les nouvelles générations peuvent-ils revendiquer d’être Polynésien ?
 
Voici le message des élèves de l’école de Fetuna, à vous ici présents et aux instances dirigeantes de notre Pays.
A vous jeunes et à vous parents,
Parlez votre Langue pour permettre à cette génération de jeunes de la maîtriser et de se reconnaître Polynésien grâce à elle.
Ta langue, c’est comme le vrombissement des « pahu » pour te faire revenir à toi.
 
Le coq, le chien et le cochon n’ont pas hontes de leur langage
Le muet n’a pas honte lorsqu’il utilise le langage des signes pour communiquer
A vous les jeunes parlez votre Langue sans retenu maintenant  et  à jamais.
 
Je vous remercie pour votre écoute attentive.
Bonne soirée.
 
 
 
 
Tahiti Informations

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

Les infos video en tahitien 

Utlisez le menu en haut ( à gauche)

publicité
vos programmes tv
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play