publicité

Orero

De jeunes orateurs déclament les récits de leurs îles, leurs archipels ou de leurs héros en langue polynésienne.

Orero

Orero 2016 : Orateurs n°14 - Okheany Tupea et Kevai Tchen Ping

Retrouvez chaque soir à 18h45 et en replay sur polynesie1ere.fr les prestations des 28 jeunes orateurs sélectionnés dans les écoles de toute la Polynésie.
Tous les articles dédiés au Orero : polynesie.la1ere.fr/orero.

Orero 2016 : Orateur n°14 - Okheany Tupea et Kevai Tchen Ping © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Orero 2016 : Orateur n°14 - Okheany Tupea et Kevai Tchen Ping
  • Par Polynésie 1ère
  • Publié le , mis à jour le
« Mea faufa’a a’e ia tō ‘oe? ». « Cette langue que tu chéris tant ! Elle s’épuise, elle a disparu même, tu sais, enfant du peuple mā’ohi. Mon île est toute petite. Mais elle est ma force ! Et parce que c’est mon lieu de ressourcement, je veux croire que j’ai le droit de vivre mon identité culturelle Tupua’i. Nous ne pourrons peut-être pas la sauver mais nous pouvons commencer ! »
Orero 2016 : Orateur n°14 - Okheany Tupea et Kevai Tchen Ping
Orero 2016 : Orateur n°14 - Okheany Tupea et Kevai Tchen Ping  -  Polynésie 1ère

Le lauréat
N° 14
Nom et prénomDate de naissanceAgeIleCommuneClasse
Okhéany TUPEA
Kevai TCHEN PING LEI
17/03/06
04/07/06
10 ans
9 ans
TubuaiTeina-Mahu (TUBUAI)CM1/CM2

TEXTE EN TAHITIEN :

E aroha iti rahi tō’u ia ’oe e te tama mā’ohi,
Aroha mū ’ore tei ta’amino nei i tō’u manava
E aha te huru ? E aha tō huru i teie u’i ?
E aha te mana’o i tō ananahi ?
 
’Eie a ’oe e turu nei i tō ta’a,
E aha te faufa’a ’ia uiui te mana’o ?
E aha te faufa’a ’ia pāheru i te parau tahito ?
Pa’i mea aha ho’i nā ’oe teie reo mā’ohi ?
 
O tō tāua nei ho’i reo tē ’ite o tō tāua iho Mā’ohi
Nō te aha ho’i tāua e taupupu nei i te parau i tō tāua reo ?
Tē nu’u nei te tau, tē mo’e nei tāua,
A hea ho’i tāua e ’ite ai i tōna faufa’ara’a ?
 
Faufa’a ? Faufa’a te aha ?
Tau ta’ata noa e parau nei teie reo,
Faufa’a nō te aha ?
Pau te taime. ’A nu’u i mua.
 
’O Mata’ura te papa teni tea e mata na ’ura’ura
Te ite matamua o tō tāua parau
Oia ho’i i fa’a’amu ia tāua
Tei fa’ariro ia tāua e tama a te Fenua
 
Ai ! ’Eie a tō mau parau e nā ni’a noa a
Tō parau noa nei a, ta’ahoa !
Haere i mua !
Mau’a te taime ’ia mata i muri.
 
Mahuta nei te māhu pua nō Mahu
Tauahi nei i tō tāua hīro’a tumu
Feruri i tō ananahi e te tama
’Ia ’ore tāua e riro e hotu pāinu iō tāua ra.
 
Mahu ? Mahunuiteta’a ? Teie ’oire mo’emo’e ?
Hae ! Ha’a’ea atu ! Hara’ou’ou ’ia fa’aro’o atu,
Aita o tāua e maita’i i reira,
’Ua ’ohu te huira o te tau.
 
’Ua ta’a te hue i Ta’ahueia ai ’oe i teie mahana
 
Mea arohia e tō hui tupuna
Eiaha te reira e te tama o te fenua ’ia faufa’a ’ore
I tō tāua paruparu ’ia ’ūmere i tō tāua parau
 
Hare’a ra ’oe ia’u i te pōiri
Mana’o ’oe terā i te mea faufa’a ?
Tenā reo tā ’oe e fa’aherehere nei
Hei ! ’Ua morohi, ’ua mo’e
E aha ! Mana’o nei ’oe e ora te reira ia tāua ?
 
Ua ’ite pa’i ’oe e te tama ma’ohi,
Tō’u fenua ? E mea ha’iha’i hoa ia.
Ōna ra tō’u pūa’i ! E nō te mea ho’i tei ana tō’u ora.
Tē hina’aro nei au e ti’aturi e ora au i tō’u Tupua’ira’a iāna. 
Aita ihoa paha e ora noa ia tāua. Nā tāua ra e ha’amata.
 
Tenā ihoa te huru o te mau ta’ata e parahi nei i roto i te parau tahito.
Fa’aitoito noa nei i te perēhahu i te mau mea mo’emo’e.
’Ua tohuhia e te mau ’aivana’a, aita re’a i maoro.
E mo’e tenā reo, ’e ’ia mo’e ho’i te reira, e mo’e ato’a te iho tumu mā’ohi.
 
E tere nei te mau tama o na poro e ha o te ao mā’ohi e fa’aitoito i te pūhara i tō rātou parau.
 
I te taime o te ’Ōrero ? Nō te hō’e ïa taime i te matahiti ?
 
Maoti ho’i rātou e ora fa’ahou nei tō tātou parau.
Hae ! Tē na ’ ō nei ho’i te tahi pae i te parau e : « ’Ōreru-roa-hia te ’Ōrero ! »
 
Noa atu ihoa ia ! Maita’i a’e ra te reira i te ’ore roa.
 
Tei hea roa ia te parau mau ? ’Ia parahi i roto i te reo e fa’ataere nei ia tātou ?
Afea ia tāua e haere ai i mua ?
 
Nō te aha ho’i tenā uira’a ? Aita tāua e nehenehe e ora i teie tau ma te ora i tō taua mā’ohira’a ?
 
’O vai te ta’a mai tenā reo tō tāua ? ’O tāua noa ho’i ! E ’ia parauhia tō tāua parau, aita re’a ta’ata i ’ite.
 
E mai te peu aita tāua e fa’aitoito i te paraura’a, nā vai ïa e parau nō tāua ?
 
Ue ! Po’oihuihu i te fa’aro’ora’a atu. E’ere ānei ?
 
Nā vai e parau i tō tātou parau ?
 
I aha ra ho’i ?
 
Nā vai e himene i tō tātou hīro’a tumu ?
 
Maita’i a’e ïa ’ia himene i tō vetahi.
 
Nā vai tātou e fa’ahau i tō tatou iho mā’ohi ?
 
Aita ho’i ia tāua ra te pahonora’a, tei ia rātou ra.
 
E tō’u nuna’a Mā’ohi ! E tō’u nuna’a Mā’ohi ! Nā vai ho’i ?
 
’Ia mana’o ’outou nā tātou ? Nā tātou mau a ? E aha ïa tā ’outou e ta’aminomino noa nei ? A hea ’outou e ara ai ? ’Ia mo’e ?
 
E aroha iti rahi tō’u ia ’oe e te tama Ma’ohi !
 
Aroha mū ’ore e ta’amino nei i tō’u manava.
 
Nā vai ho’i ?
Nā tātou ānei ?


TEXTE EN FRANCAIS :

J’ai pitié de toi enfant du peuple mā’ohi,
Pitié incessante qui me vient de mes entrailles.
Comment va ? Comment vas-tu ?
Que penses-tu de ton avenir ?
 
Te voilà encore en train de soutenir ton menton
Pourquoi te poses-tu autant de questions ?
Pourquoi veux-tu remuer le passé ?
A quoi va te servir cette langue polynésienne ?
 
C’est notre langue qui fait de nous le peuple Ma’ohi
Pourquoi alors avons-nous peur de l’utiliser ?
 
 
Le temps s’écoule, nous nous perdons,
Quand allons-nous comprendre son importance ?
 
Importance ? De quoi ?
Seules quelques personnes savent la parler.
Importance pourquoi ?
Nous perdons notre temps, avançons.
 
Mata’ura aux blanches fondations, aux yeux éclatants
Est le premier témoin de notre naissance
Celui qui nous a élevé
Qui a fait de nous des enfants de notre île
 
Ai ! Te voilà encore en train de ressasser
Toujours la même chose, fiu !
Avançons !
Nous perdons notre temps à regarder en arrière
 
L’odeur du pua de Mahu s’élève
Enveloppant notre identité culturelle
Pense à ton futur enfant.
Que nous ne finissons pas étranger chez nous.
 
Mahu ? Mahunuiteta’a ? Ce village oublié ?
Arrête ! Tu me fatigues.
Nous n’avons rien à y gagner.
La roue du temps a tourné.
 
C’est parce que les calebasses ont sauté qu’aujourd’hui tu es de Ta’ahueia.
Mais cela c’est parce que tes ainés se sont battus
Que le sacrifice ne soit pas vain.
A cause de notre lassitude à nous battre pour elle.
 
 
Franchement, tu m’exaspères
Crois-tu vraiment en ce que tu dis ?
Cette langue que tu chéris tant
He ! Elle s’épuise, elle a disparu même
Crois-tu qu’à nous deux, nous allons la sauver ?
 
Tu sais enfant du peuple mā’ohi,
Mon île ? Certes, est toute petite
Mais elle est ma force ! Et parce que c’est mon lieu de ressourcement.
Je veux croire que j’ai le droit de vivre mon identité culturelle Tupua’i.
Nous ne pourrons peut-être pas la sauver. Mais nous pouvons commencer.
 
Ça c’est bien les arriérés, ils se confortent en restant attachés aux temps anciens.
Toujours en train de chercher sans cesse dans les pages d’un glorieux passé
Cela a été démontré par les plus grands savants. Dans peu de temps,
Cette langue va disparaître et quand ce sera fait, la culture polynésienne suivra.
 
Les enfants des quatre coins du monde mā’ohi se rassemblent pour faire rayonner notre Histoire.
 
Au moment de la déclamation ? Une fois l’année ?
 
C’est grâce à eux que notre histoire est perpétuée.
D’autres disent que ce n’est pas du ’Ōrero mais du n’importe quoi !
Qu’ils le pensent ! Mais je préfère cela à la disparition de ce que je suis.
 
Où allons-nous trouver justice ? En restant dans la langue des arriérés ?
A quand l’évolution alors ?
 
Pourquoi donc cette question ? Ne pouvons-nous pas allier les deux ?
 
Qui comprend notre langue ? Juste toi et moi ! Personne ne nous connaît dans ce monde.

Si nous ne le faisons pas qui fera à notre place ?
 
Ah la la ! Tu me fatigues. Vous ne trouvez pas ?
 
Qui parlera pour nous ?
A quoi cela sert ?
Qui chantera notre Culture ?
 
Oh ! Nous pouvons aussi chanter la culture des autres.
 
Qui nous réconciliera à notre identité mā’ohi ?
 
La réponse ne nous appartient pas. C’est eux qui l’ont.
 
Mon peuple ! Mon peuple ! Qui ?
 
Vous pensez que c’est à nous ? C’est vraiment à nous ? Qu’attendez-vous alors ? Quand allez-vous vous réveiller ? Quand il sera trop tard ?
 
J’ai pitié de toi enfant du peuple Mā’ohi !
Pitié incessante qui me vient de mes entrailles.
 
Qui ?
Est-ce nous ?

Tahiti Informations

Alerte infos polynesie tahiti

LES HORAIRES :


CINEMAS DE TAHITI :

 
INFOS PRATIQUES :

 

Les infos video en tahitien 

Utlisez le menu en haut ( à gauche)

publicité
vos programmes tv
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play