Appel à témoins dans une affaire de viols

faits divers tahiti
appel temoins
©Polynesie1ere
La gendarmerie a récemment mis en évidence la participation d'un jeune homme domicilié sur la presqu'île et à Papara, dans des affaires distinctes de viols et d'agressions sexuelles sur de très jeunes victimes âgées de 4 à 7 ans. Elle lance un appel à témoins.
Il est possible que des faits commis au préjudice de jeunes enfants par le même individu n'aient pas encore été portés à la connaissance des services de la gendarmerie et du parquet de Papeete. Les enquêteurs de la section de recherches de la Gendarmerie de PAPEETE lancent un appel à témoins en demandant à toute personne qui dans la presqu'ile, à Papara ou à Papeete aurait eu connaissance de faits d'agressions et violences sexuelles sur de très jeunes mineures de vouloir bien prendre attache, quelque soit le jour ou l'heure avec le numéro suivant : 50 72 05 (centre opérationnel de la Gendarmerie).

Appel à témoins dans une affaire de viols par 1ere-polynesie


Rappel des faits

Cet appel à témoins fait notamment écho à l’affaire de viol concernant une petite fille de 5 ans à Papara en avril 2013. Deux frères de 21 et 22 ans avaient été mis en examen pour enlèvement et séquestration, viol en réunion, agression sexuelle sur mineure de moins de 15 ans, et placés en détention provisoire à Nuutania. L’un d’eux est toujours en détention, l'autre a été mis hors de cause. Ils étaient soupçonnés d'avoir agressé sexuellement une fillette de 5 ans et avaient partiellement reconnu les faits durant leur garde à vue. Ce drame familial s’était produit dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 mars, vers le PK 37 à Papara, alors que la fillette était confiée à la garde ses grands-parents. Elle aurait été enlevée dans sa chambre et emmenée dans la nature, à une centaine de mètres du domicile familial. Là, elle avait été abusée sexuellement, puis abandonnée sur place. Entre-temps, ayant constaté la disparition de la fillette, les grands-parents avaient alerté le voisinage. Des recherches avaient été menées de nuit. Et assez rapidement, la petite de 5 ans avait été retrouvée en état de choc, dans l’obscurité, non loin du domicile familial. Les examens médicaux effectués dès le lendemain sur l’enfant avait confirmé son agression sexuelle.