polynésie
info locale

Brésil: Un candidat nommé "Ben Laden" arrêté pour délit électoral

insolite tahiti
benladen
©D.R.
Le candidat au poste de député de l'Etat d'Amazonas (nord du Brésil), enregistré sous le nom d'Oussama Ben Laden, a été arrêté dimanche alors qu'il appelait à voter pour lui devant un bureau de vote de Manaus, capitale de cet Etat.
Selon le site G1 citant la justice électorale, Manoel Nunes de Assis est candidat pour le petit Parti Travailliste National (PTN, centre droite).
              
Revêtant une djellaba qui rappelle son homonyme tué en mai 2011, Ben Laden a été arrêté alors qu'il distribuait des bouteilles d'eau aux électeurs qui voteraient pour lui.
              
"Déguisé en arabe, il était à la porte d'une école transformée en bureau de vote pour 20.000 électeurs, sous prétexte de vendre de l'eau, mais (en fait) il demandait des votes", a déclaré le juge électoral, Henrique Veiga, cité par G1.
              
La justice électorale brésilienne permet aux candidats de s'enregistrer sous le nom qu'ils veulent. Cette année, outre Ben Laden, figuraient cinq Barack Obama, un "Zizi fou", un "Homme de la moto" ou encore "007 Brésilien". Ces candidats visent le vote protestataire.
              
Il y a quatre ans, le populaire clown Tiririca avait fait sa campagne de député fédéral à Sao Paulo sous la devise "ça ne peut pas être pire". Il avait été le député le mieux élu du pays avec 1,3 million de voix.
              
Analphabète, il a dû apprendre à écrire son nom pour assumer sa fonction. En quatre ans il n'a jamais pris la parole en séance plénière. Aucun de ses projets n'a été approuvé. Mais il a été l'un des législateurs le plus assidus à la chambre basse et tout indique qu'il sera réélu dimanche.
              
Un total de 1.209 personnes ont été arrêtées pour "délits électoraux" --dont 80 des 26.000 candidats-- ce dimanche alors que plus de 142 millions de Brésiliens se rendaient aux urnes pour la présidentielle et les législatives, a indiqué le Tribunal supérieur électoral (TSE) qui a salué la "tranquillité" dans laquelle se déroule le scrutin.
              
Le principal délit qu'on leur reproche est la propagande électorale illégale et l'achat de votes.

(D'après AFP)
Publicité