publicité

Charlie Hebdo : P'tit Louis connaissait les journalistes abattus

P'tit Louis, caricaturiste local qui a longtemps travaillé pour la Dépêche de Tahiti, est bien sûr bouleversé par ce drame. Plus qu'une atteinte à la liberté de la presse et d'expression, P'tit Louis regrette la perte de journalistes sacrifiés sur l'autel de la censure.

© Hiroa et Sipa
© Hiroa et Sipa
  • E.Tang / A.Mésinèle
  • Publié le , mis à jour le
Le choc après l’attentat qui a touché Charlie Hebdo ce matin. C’est l’attaque terroriste la plus meurtrière en France depuis plusieurs dizaines d’années. Ce matin des terroristes sont entrés au siège du journal satyrique. Ils ont fait feu.
Bilan 12 morts, 11 blessés. Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, des dessinateurs renommés, sont décédés.
La fusillade n’a pas été revendiquée mais les terroristes ont crié dans la rue « On a vengé le prophète Mahomet ».
Trois personnes sont toujours recherchées par la police. Des suspects auraient été identifiés.
En février 2006, le journal avait déclenché une polémique en publiant des caricatures du prophète Mahomet, ce qu’interdit la religion musulmane. Ces caricaturistes sont donc morts à cause de leurs dessins.
C’est une atteinte à la liberté de la presse et à la liberté d’expression.

A Tahiti, dans une moindre mesure, le dessinateur P’tit Louis qui a travaillé plus de 20 ans à la Dépêche de Tahiti, a été remercié, il y a quelques mois. Ses caricatures ne faisaient pas rire la nouvelle direction du journal. P’tit Louis connaissait personnellement les journalistes de Charlie Hebdo.

Il est au téléphone d’Axelle Mésinèle :

Charlie Hebdo : P'tit Louis connaissait les journalistes abattus

Retrouvez les portraits des douze personnes qui ont été tuées par les terroristes dans l'article de Francetv Info : "Attaque contre "Charlie Hebdo" : qui sont les victimes ?

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play