Coronavirus : les familles face à la débrouille

social tahiti
Denrées alimentaires
©Polynésie la 1ère
Durant la crise sanitaire et le confinement, de nombreuses familles ont perdu leur emploi ou ont dû temporairement arrêter de travailler. Il a donc fallu faire appel à la débrouille. 
L'emploi marchand fait une chute de 9,4 %, en avril. Un record depuis la création de l'indice, selon l'Institut de la Statistique de Polynésie française. Selon l'ISPF, c'est le résultat de la période de confinement qui a entrainé des suspensions totales ou des arrêts de contrats dans l'ensemble du secteur marchand et plus particulièrement pour l'activité touristique.
 
Plusieurs familles ont été frappées par cette crise de l'emploi. Sans revenus pendant les mois de mars et d'avril, elles tentent aujourd'hui de redresser la barre.

"On a demandé à la famille de nous aider (...) On cherche aussi des moyens pour de quoi manger, ma femme est partie voir l'assistance sociale". Tauofa Mahu Ruarii, employé dans le BTP, raconte comment lui et sa petite famille s'en sont sortis ces derniers mois.
 

Témoignage


Pour certaines familles, la crise du Covid 19, et surtout le confinement, a eu des effets positifs. Mais avec le déconfinement, ils se sont dissipés. C'est le cas des vendeurs de poissons, et notamment d'un important fournisseur, qui vend en bord de route à Faa'a. Pendant le confinement, les clients faisaient la queue et les stocks de poisson de la famille Parker partaient rapidement. Aujourd'hui, c'est une toute autre histoire, comme le confie Heimatarii Parker. 
 

Témoignage

Coronavirus : les familles face à la débrouille
Coronavirus : les familles face à la débrouille