Covid-19 : les CAE renforcent la prévention

emploi tahiti
CAE guides sanitaires
©Polynésie la 1ère
C'est une nouvelle mesure annoncée par le gouvernement. De nouveaux moyens vont être donnés aux communes les plus touchées par le virus. Des guides sanitaires, des personnes en contrat d'aide à l'emploi (CAE), formés à sensibiliser la population à l'application des gestes barrières.
Suite à l’apparition récente de nouveaux clusters dans certains quartiers de Papeete, le gouvernement affine sa stratégie. Edouard Fritch l'a annoncé, mardi, lors du point presse. "Nous doterons les communes d'agents sanitaires sous forme de CAE dédiés aux quartiers prioritaires. Leur mission : rappeler sans cesse que les gestes barrières doivent faire partie de nos habitudes de vie. Nous allons organiser une nouvelle réunion avec les maires pour convenir de ce nouveau dispositif sanitaire" a déclaré le chef du gouvernement.

Une fois formée par le Pays, la nouvelle armée de guides sanitaires sera déployée dans les quartiers prioritaires et non plus sur les places publiques. En effet, le contexte social y est totalement différent. "En tout, on est 12 et 5 petits-enfants. Les plus jeunes vont et reviennent, on leur dit de se laver les mains à chaque fois", confie Pricillia Teihotaata, habitante. Dans ces quartiers prioritaires, le travail des guides sanitaires est beaucoup plus difficile. "Quand tu arrives dans le quartier, il n'y a pas de masque, ils ne sont pas à un mètre de distance (...) Ils comprennent, ils t'écoutent. Après s'ils veulent le faire, ils le font, sinon non", constate Heimiti Tavaitai, guide sanitaire de Punaauia. 

A Punaauia, 23 jeunes en contrat d’aide à l’emploi se déplacent déjà dans les quartiers de Outumaoro, Punanui, Taapuna et Maruapo depuis une semaine. Pour le maire, Simplicio lissant, il s’agit d’éviter le scénario catastrophe. "Imaginez une famille qui regroupe une vingtaine de personnes, il est difficile d'isoler les gens. Il faut des moyens conséquents lorsqu'il y a des cas déclarés", confie le tavana.

Pour toucher les 9000 habitants de ses 4 secteurs à risque, la commune a identifié ses besoin. Il lui faudrait une vingtaine de guides spécialisés dans la sensibilisation dans les quartiers densément peuplés.
 
Covid-19 : les CAE renforcent la prévention

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live