Crise sanitaire : de nouvelles mesures, plus ou moins bien perçues

coronavirus tahiti
restaurant
©Polynésie la 1ère

Jeudi 11 février, de nouvelles mesures ont été annoncées par le Président Fritch et le haut-commissaire Dominique Sorain à propos de la crise sanitaire. Notamment pour relancer les activités économiques, sportives et culturelles et cela, tout en essayant de préserver la population.

Déçu, le président du syndicat des restaurateurs et bars a suivi en direct l’annonce des nouvelles mesures relatives à la covid-19. Il souhaitait le début du couvre-feu à 22h tous les jours. Cela n’a été accordé que pour les jeudis et vendredis. Il ne comprend pas pourquoi.

« Notre doléance aurait été d’assouplir le couvre-feu à 22h tous les jours de la semaine, qu’on puisse travailler à peu près normalement tous les jours de la semaine. 2 jours par semaine, 1 heure de plus, c’est toujours mieux que rien. Maintenant, c’est 2 jours sur 7 », déplore-t-il. Et d’expliquer que « cette heure-là, c’est ce qui décide les gens à sortir ou pas pour dîner au restaurant »

Crise sanitaire : de nouvelles mesures, pas toujours approuvées
Dans cette salle de sport, les horaires vont être aménagés afin que les pratiquants n'arrivent pas tous en même temps. ©Polynésie 1ere

Du côté d’autres établissements couverts concernés par ces nouvelles mesures, il y a les salles de sport. Elles peuvent à nouveau accueillir du public. Dans celle dirigée par Manu Buchin, avant le confinement, 200 adhérents venaient plusieurs fois par semaine. Ce chiffre est tombé à 50 aujourd’hui. Pour ce sportif de haut niveau, « toutes les salles attendaient cette annonce comme une délivrance ». Dorénavant, « ça change beaucoup de choses, car on peut accueillir plus de personnes dans la limite du possible…on va mettre en place un système où les gens ne viendront plus en masse, donc on va aménager des heures ».

Les affaires devraient également reprendre pour les salles de spectacles. Impossible de faire venir des artistes internationaux à cause de la fermeture des frontières et de la quatorzaine. Mais d’ores et déjà, il est question de relancer des représentations locales pour les comédiens.

Crise sanitaire : de nouvelles mesures, plus ou moins bien perçues
Ce n'est pas demain que le public pourra revenir en masse au théâtre. ©Compagnie Caméléon

Pour Guillaume Gay, directeur artistique de la compagnie du Caméléon, « c’est une excellente nouvelle car on va pouvoir retrouver le chemin du théâtre…mais faute de pouvoir anticiper, on est obligés de présenter nos spectacles, et on ne peut pas repartir sur une saison culturelle pleine à la fois parce que c’est à l’essai pour un mois, et aussi car il y a la difficulté de la mi-jauge également ».

Soit 50% de la capacité habituelle avec un plafond de 400 personnes au maximum.

En somme, des mesures bien perçues par certains, et moins par d’autres. Elles sont mises en place pour un mois à partir de lundi prochain.