Du verre au sable

écologie tahiti
du verre au sable
Avant de passer à la broyeuse, c'était des bouteilles de verre. ©Présidence du gouvernement
Geffry Salmon, ministre du Tourisme et de l’Ecologie, s’est rendu, mardi après-midi à l’entreprise Technival. Sur place, il a découvert un équipement permettant de broyer les bouteilles de verre et de les récupérer en...sable.
Actuellement, 12 machines de ce type ont déjà été vendues en Polynésie française, notamment dans d’autres îles que Tahiti. Les principaux acheteurs ont jusqu’à présent été des établissements hôteliers. En effet, avec ce système, un hôtel peut traiter plus de 300 bouteilles par jour, générant ainsi des économies importantes de fonctionnement tout en respectant l’environnement.
 
Cet équipement coûte un peu moins de 600 000 cfp et peut donc être rapidement amorti, sachant que le transport de bouteilles de verre des îles vers Tahiti représente un coût d’environ 200 000 à 300 000 cfp mensuels.
 
Les responsables de la société Technival souhaitent que ce procédé puisse être encore davantage utilisé à Tahiti comme dans les archipels.

du verre au sable
Le ministre découvre une machine dont l'utilité est indéniable. ©Présidence du gouvernement

 
Ils espèrent que les élus des îles soient sensibilisés à l’utilité d’un tel équipement, soulignant que l’environnement encore préservé de ces différents atolls et îles hautes, est particulièrement vulnérable et reste très important pour leur développement touristique.
 
Cette visite du ministre a permis également de faire le point sur le rapatriement et le traitement des piles, batteries et huiles usagées des archipels. Ces déchets hautement polluants doivent être traités dans des installations adéquates afin de garantir la protection de l'environnement.

D'après communiqué du gouvernement