polynésie
info locale

Faa'a : une centaine de servitudes n'ont toujours pas de nom

vie locale tahiti
servitudes de Faa'a sans nom
Il l'emprunte tous les jours, mais cette servitude n'a toujours pas de nom officiel. ©Polynésie 1ère
A Faa'a, on compte plus d’un millier de servitudes. Une centaine d’entre elles n’ont toujours pas de dénominations officielles. Depuis le mois de mai, la mairie a mis en place une commission chargée d’attribuer un nom à ces servitudes.








A Faa'a, des habitants empruntent depuis des années leur servitude sans pour autant connaître leur nom. Normal, ce nom n'a jamais été officialisé. Rien que dans le quartier de Pamatai, une trentaine de servitudes sont dans ce cas.

Ecoutez Heimana Helle :

©Polynésie 1ère

La servitude de Jessie, elle aussi est dans la même situation :

©Polynésie 1ère

En 1962, la commune de Faa'a comptait 3 700 habitants. Mais en 50 ans, sa population a été multipliée par 8.
Aujourd’hui, Faa'a est la 2ème ville la plus peuplée de Tahiti avec plus de 30 000 âmes… Qui dit plus d’habitants, dit plus de maisons et forcément, plus de servitudes.

Ecoutez Calixte Ruahe, agent communal affecté à la dénomination des voies, des servitudes et des quartiers :

©Polynésie 1ère

En cas de désaccord, la mairie par le biais de la commission chargée d’officialiser les noms des servitudes, pourra imposer la dénomination de la terre sur laquelle les habitants ont élu domicile.
La mairie a pour objectif de permettre à chaque citoyen d’être accessible et surtout, de pouvoir bénéficier d’un ensemble de services de plus en plus large tels que l’acheminement du courrier, l’intervention d’urgence des pompiers ou des services hospitaliers.
Elle compte donc sur la participation des familles pour l'aider. Rien qu’à Pamatai, une bonne trentaine de servitudes sont en attente d’officialisation.

Retrouvez ce reportage ce soir dans notre Ve'a de 18h30 et notre JT de 19h.
 
Faa'a : une centaine de servitudes n'ont toujours pas de nom
©Polynésie 1ère

Faa'a : une centaine de servitudes n'ont toujours pas de nom
©Polynésie 1ère

 

Publicité