Futurs techniciens en maintenance industrielle

emploi tahiti
Futurs techniciens en maintenance industrielle
©Présidence du gouvernement
Depuis octobre 2012, quatre jeunes Polynésiens suivent une formation à l’AFPA (l'Association pour la Formation Professionnelle des Adultes) de Meudon, en alternance avec GDF-Suez, de technicien supérieur en maintenance industrielle. Cette formation s’achèvera en juillet prochain.
« A l’occasion d’une rencontre avec Jean-Claude CADENET, directeur de L'Agence De l'Outre-mer pour la Mobilité (NDLR : LADOM), j’ai appris que quatre jeunes Polynésiens Antonio FATEATA, Arnold TIIHIVA, Nohoarii NORMAND et Iohann TERIITAHI étaient en formation à l’AFPA. J’ai souhaité les rencontrer de manière à recueillir leurs témoignages qui inciteront peut-être d’autres Polynésiens à venir ici », a indiqué Gérald HUIOUTU, chef du service de la Délégation de la Polynésie française à Paris.

Les offres de formation ne manquent pas en Polynésie mais le Pays finance ce genre de déplacements en métropole à partir du moment où la formation n’est pas dispensée en Polynésie française et qu’il y a une promesse d’embauche par la suite.
Bruno MONTEL, manager du centre de formation AFPA de Meudon, a indiqué qu’au total seize jeunes originaires de l’outre-mer, dont les quatre Polynésiens, étaient actuellement formés : « Suite à une sélection dans leurs îles respectives, une convention a été passée avec eux et GDF-Suez en vue de les former en tant que techniciens supérieurs en maintenance industrielle ».
 
Poursuivre en licence pro et école d’ingénieur

Ces stagiaires sont en contrat de professionnalisation. Leur formation, en alternance, dure vingt-deux mois. Ils alternent une à deux semaines en centre de formation et deux à trois semaines à GDF-Suez. Ils étudient l’électrotechnique, l’hydraulique, la pneumatique et la mécanique dans la maintenance. « Ils préparent un diplôme avec un examen à la fin. Pour cela, ils auront des épreuves techniques à réaliser sur maquette ainsi qu’un mémoire à présenter devant un jury de professionnels », a expliqué le responsable de l’AFPA.
 
Lorsque ce groupe est arrivé, tous étaient détenteurs d’un bac pro. Après une période de remise à niveau, ils sont désormais performants. A telle enseigne que certains, au terme de leur formation, vont poursuivre leurs études que ce soit en licence pro ou en école d’ingénieur.
Cette formation s’achèvera en juillet prochain."

Source gouvernement
Les Outre-mer en continu
Accéder au live