polynésie
info locale

Heiarii Moana mort du paludisme : sa famille témoigne

décès Tahiti
heiarii moana
©Ministère de la défense
Le caporal chef Nelson Heiarii Moana, décédé le 5 novembre, a été tué par une forme rare du paludisme, le neuro-paludisme, contractée en Centre Afrique. La famille du jeune Tahitien se confie à Polynésie 1ere.
La famille du jeune militaire, décédé mercredi en métropole, est sous le choc. "Il était l'l'unique fils de mes parents, le seul frère de la fratrie, l'avant dernier enfant de notre famille", confie bouleversée à Polynésie 1ere,  Heimiri Iou-Fouc, l'une des six soeurs du soldat tahitien. Originaire de Huahine, le caporal chef Heiarii Moana est mort mercredi 5 novembre à l'hôpital de Begin près de Paris. Le jeune homme de 26 ans avait contracté une forme virulente du paludisme en Centrafrique où il effectuait une mission avec son régiment, le 126ème régiment d’infanterie de Brive-la-Gaillarde.

Ecoutez Heimiri TSIOU-FOUC, l'une des grandes sœurs du jeune soldat, encore sous le choc de l’annonce. Elle est jointe par Miri TUMATARIRI

soldat mort paludisme


Dans une zone concernée par la maladie, tous les militaires doivent suivre quotidiennement un traitement antipaludique. Mais, la forme contractée par le jeune homme étant rare et particulièrement active -elle est appelée neuro-paludisme, les traitements actuels n’ont pas permis de le sauver. Selon le colonnel Jarron, le porte parole de l'Etat major des armées, le jeune Tahitien qui avait une très bonne condition physique, avait pourtant bénéficier comme tous les soldats blessés d'une "évacuation stratégique" de Bangui vers Paris afin de lui apporter le plus vite possible les meilleurs soins. Malheureusement, Heiarii Moana qui était tombé dans le coma, a succombé à sa maladie quelques heures après son transfert. Selon l’organisation mondiale de la santé, le paludisme ferait plus de 600.000 victimes par an.

Un militaire médaillé et apprécié


Récemment promu, Heiarii Moana servait au sein de la force européenne basée à Bangui, la capitale de la Centre Afrique. Aux côté de sections lettone, italienne, espagnole et polonaise, les militaires français sont chargés d’assurer la sécurisation de la ville, la protection des civiles et de créer un espace sécurisé pour l'accès des humanitaires.

Heiarii Moana, très apprécié de ses collègues et de sa hiérarchie, avait intégré il y a cinq ans le 126ème régiment de Brive la Gaillarde, un régiment mobile, aéro transportable spécialisé dans le combat rapproché et en zone urbaine. Le caporal chef a été plusieurs fois médaillé pour des faits d’armes sur des théâtres d'opérations extérieurs comme en Afghanistan et au Mali en qualité de tireur d’appui.

L’armée qui a perdu un excellent soldat, est actuellement en relation avec la famille du défunt au fenua pour le rapatriement de son corps. "Heiari Moana est mort pour la France", a déclaré le porte parole de l'Etat major des armées. Ces mots pourront peut être apporter un peu de réconfort à la famille du jeune soldat.

Retrouvez la biographie militaire du caporal chef Heiarii Moana :

bio militaire Heiarii moana


Publicité