Inéligibilité de Gaston Flosse : le clan orange n'y pense même pas (officiellement)

gaston flosse tahiti
flosse2
©D.R.
Indiscrétions autour de la date du mercredi 23 Juillet, où la cour de cassation doit rendre son arrêt dans l'affaire des emplois dits fictifs. Il y a le discours officiel du Président et de son gouvernement, serein face à la presse, et les petites phrases beaucoup plus pessimistes de ses proches.
L’après Gaston Flosse, on n’y pense même pas au Tahoeraa Huiraatira. En tout cas, c’est ce que prétend son successeur naturel, Edouard Fritch . Mercredi, la cour de cassation doit rendre son arrêt dans l’affaire des emplois dits fictifs. Le président de la Polynésie Française encourt une peine d’inéligibilité. Si la haute juridiction confirme la privation de ses droits civiques, Gaston Flosse perdra tous ses mandats.
Comment le parti orange se prépare à cette éventualité ? Interrogé par Radio Polynésie Première, Edouard Fritch, président délégué du Tahoeraa Huiraatira veut encore y croire: "pour l'heure, nous ne sommes pas sur un résultat négatif le 23 Juin à venir. Pourquoi être pessimiste comme vous l'êtes ? Nous sommes optimistes de nature. Ca n'empêche pas d'être prévoyant. A plusieurs reprises Gaston FLOSSE en a parlé. Et c'est vrai que l'ordre des choses fera que je sois sollicité pour remplacer Mr FLOSSE mais ce n'est pas que la volonté de deux hommes qui compte dans cette affaire. Vous savez que nous avons un parti, et que nous avons aussi un groupe à l'Assemblée de Polynésie, qui élira le nouveau président le moment venu". A la question de savoir "s'il est adoubé par Gaston FLOSSE on voit mal comment le reste du parti pourrait dire non", Edouard FRITCH glisse simplement "je reste très prudent en politique".

Edouard FRITCH: "L'ordre des choses est que je sois sollicité"


Même son de cloche de l'intéressé. Invité dimanche soir de l'hebdo, le Président du Pays a balayé d'un revers de main la possibilité de cette inéligibilité: "ce n'est pas la première fois (NDLR: qu'il est mis en cause dans un procès), ce n'est pas une préoccupation. Ma préoccupation c'est de sortir de la crise provoquée par Oscar TEMARU.

Il n'empêche. Son plus proche conseiller en communication, Yves HAUPERT, avançait en coulisses que "c'est sans doute son dernier journal télévisé en tant que président du Pays, profitez en pour lui donner un maximum de temps de parole". Le même conseiller en communication qui s'est vu refuser la rédaction pourtant très attendue de sa biographie, augurant presque un titre trouvé d'avance, "les derniers jours du Président". Y voyant comme un mauvais présage, il a également refusé le tournage aux deux chaînes de télévisions locales d'un reportage sur "une journée avec le président". Dommage, les médias ne retiendront de lui que les discours protocolaires et la face publique du personnage. Gaston FLOSSE n'a jamais autorisé aucun portrait intimiste, à l'inverse de son mentor Jacques CHIRAC, qui n'hésitait pas à s'afficher avec ses chiens et sa femme dans son fief de Corrèze. Très superstitieux, il imaginait sans doute que ces images serviraient uniquement à alimenter la rubrique nécrologique.
L'homme a certes très peu de vie privée, pas de hobbies - il s'est même fait aménager depuis peu une chambre dans la présidence pour être plus proche de son lieu de travail -. Son dernier Noël ? Il l'a passé en voyages d'affaires chez les chinois, avec sa compagne Pascale Haïti qui l'a toujours suivi et soutenu. 

Pendant ce temps, Nuihau Laurey, lors de sa dernière conférence de presse, arborait la mine sombre des soirs de défaite électorale, alors que le sujet de l'inéligibilité n'avait pas été évoqué ce jour là.  Hier, lors de la présentation du projet hawaien du "Mahana Beach" à la présidence, les mêmes indiscrétions faisaient savoir que "tout est prévu pour que la majorité puisse continuer à faire son travail. Même s'il n'est plus aux affaires, il sera toujours l'homme fort du parti". On imaginait mal le contraire.


Yves HAUPERT: "Le Président ne souhaite pas que je rédige sa biographie, il pense que cela serait un mauvais mana"


Pour rappel, le 7 février 2013, dans l’affaire des emplois fictifs, la cour d’appel de Papeete a condamné Gaston Flosse, à quatre ans de prison avec sursis, 15 millions de francs d'amende et trois ans d’inéligibilité. Et ce pour prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics. Le 25 juin dernier, l’avocat général de la cour de cassation avait requis le rejet du pourvoi de Gaston Flosse contre sa condamnation.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live