La population, principale victime des grèves en série

social tahiti
La grève a débuté à la société Gaz de Tahiti
©Polynésie 1ère
Depuis des mois, les conflits sociaux s'enchaînent sur le fenua. Ces grèves en série pénalisent principalement la population de Tahiti et ses îles.
Après les stations-essence, la CPS, les hôpitaux, l'huilerie de Tahiti et maintenant le Gaz de Tahiti, les conflits sociaux s'enchaînent depuis des mois. C'est principalement la population qui fait les frais de ces conflits.

Ce lundi 18 mai, Gaz de Tahiti entame sa troisième semaine de grève. A Tahiti, comme dans les îles, les magasins ne sont plus approvisionnés et les stocks sont désormais épuisés. Les précieuses bonbonnes s’arrachent dans les commerces.

Heipua Teuira-Van Bastolaer a recueilli les témoignages de la population lassée de ces conflits

penurie de gaz


Les habitants de Tahiti ne sont pas les seuls à être victimes des grèves en séries, ceux des îles sont également touchés de plein fouet.
A Rurutu, la seule station de l'île vit au ralenti. Bien qu'une livraison de gaz a eu lieu par bateau dans la matinée de lundi 18 mai, il n’y a plus une goutte d’essence et surtout de mazout depuis maintenant deux semaines. Le gasoil est pourtant indispensable pour faire fonctionner les groupes électrogènes.

 Jean-Paul Yamatsy, technicien à radio Rurutu, témoigne au téléphone de Marie-Christine Depaepe

(F) JEAN PAUL YAMATSY - RURUTU STATION TOTAL.mp3