Le malaise social perdure à l'hôpital

santé tahiti
Hôpital
©dr
De nouvelles inquiétudes au centre hospitalier. Elles sont encore d’ordre budgétaire et statutaire. Sans compter la démission du directeur par intérim qui va toucher le fonctionnement médical du CHPF. L’ombre d’une énième grève plane actuellement sur l’établissement.






Les prémices d'une nouvelle crise au CHPF ? L'hôpital connaît des difficultés financières chroniques, liées notamment à des retards de paiement de la part du Pays. Pas moins de huit mois de retard des versements mensuels, soit la coquette somme de 3,5 milliards CFP. En outre la pérénnisation de certains emplois précaires, qui avait fait l'objet d'un accord de fin de conflit lors des dernières grèves, tarde à être confirmée :
Le malaise social perdure à l’hôpital - Thierry Stampfler / Bruno Iedra

Enfin la démission du directeur par intérim, révélée par Radio1, lassé des obstacles permanents à l'amélioration de la situation de l'hôpital, vient s'ajouter à cet état de pré-crise, alors que l'on annonce un budget de l'hôpital en baisse pour 2016. La lettre de démission du directeur par intérim est restée sans réponse douze jours après son envoi ! Le gouvernement mis en cause sur tous ces points par le personnel du CHPF tarde à faire connaître ses décisions :
Les syndicats CSIP, CSTP/FO, O oe to oe rima, A Tia I Mua et Otahi demandent à rencontrer le président ou le vice-président, avant le conseil d’administration du CHPF prévu le 6 novembre. Les cinq syndicats veulent des garanties.
En cas de désaccord, ils sont prêts à partir en grève.

Retrouvez ce reportage dans notre Ve'a de 18h30 et notre JT de 19h.