Le salon de l'auto s'ouvre demain dans un secteur sinistré malgré +4% de reprise

économie tahiti
auto
©D.R.
C'est l'événement économique "le plus important de l'année". Pour sa 36ème édition, les organisateurs espèrent écouler 500 véhicules pendant 5 jours. Alors que les concessionnaires se disputent le marché d'une façon de plus en plus agressive. Résultat: plans sociaux en série et marges en baisse.
Pour François RIBET, organisateur du salon: "L'état du marché est stable voire en légère reprise avec 320 véhicules/mois vendus, soit +4%. Mais on est loin des 500 véhicules/mois vendus avant 2010. Cette chute s'explique par le manque de confiance dans l'économie du pays. Les gens hésitent à changer leur véhicule d'une façon régulière comme ils le faisaient auparavant, il y a 4 ou 5 ans. Il y a eu beaucoup de pertes d'emplois dans le BTP et le tourisme, donc ça fait des consommateurs en moins et les banques sont plus frileuses pour accorder des crédits".
Même analyse chez SODIVA ou son directeur général, Gilles BONVARLET, ne parle pas de reprise du marché. Loin s'en faut. "On a perdu 50% depuis 4-5 ans, ce qui s'est traduit pas de nombreux plans sociaux chez les concurrents. Nous avons réussi à éviter le pire en réduisant les marges au minimum. Et 2014 s'annonce encore plus difficile car il y a une très forte concurrence entre les concessionnaires.  Avant, les clients qui achetaient des SUV à 6 Millions de FCP se rabattent sur des produits à 3 Millions. Il se vend encore des petites citadines. Mais la grande mode, c'est le Crossover, un monospace qui a évolué vers la tendance SUV avec un look de baroudeur et une garde au sol surélevée. Aujourd'hui en parts de marché, les pick up représentent 24%, les SUV 28 %, les Crossover en hausse à 7%, et les citadines 20%".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live