Lendemain de second tour, l’analyse

élections tahiti
Sémir Al Wardi
©Polynésie 1ère
Le scrutin du 28 juin a livré son verdict. Des résultats qui oscillent entre confirmation, déception ou surprise. Le vote affectif a notamment pesé dans les isoloirs. Les précisions du politologue Sémir Al Wardi. Analyse.



 

Arue, la grande surprise


Avec seulement 79 voix d’écart le maire sortant Philip Schyle laisse la place à sa rivale de toujours Teura Iriti.
Pour Sémir Al Wardi, politologue, le maire sortant a été pris en tenaille entre le Tahoeraa de Teura Iriti et la liste de Tepuanui Snow qui s’est maintenu au second tour. Mais le plus surprenant c’est la fusion de liste qui s’est opérée entre Jacky Bryant, le candidat « Heiura les verts » et celle de Teura Iriti, candidate Tahoeraa.

Quand on regarde l’histoire politique de la Polynésie française, c’est très étonnant que Jacky Bryant donne au Tahoeraa ses voix

Sémir Al Wardi, politologue

Un réservoir potentiel de 286 voix du premier tour qui a sans doute servi à faire la différence au second.
 

Paea, le charisme du défunt maire n’a pas suffit


Dès le premier tour la différence de voix entre Anthony Géros, 5 fois candidat, et Jacquie Graffe, maire depuis 45 ans, n’était que de 87 voix. L’affaire paraissait déjà à portée de main pour le candidat Tavini. Le décès de Jacquie Graffe entre les deux tours a évidemment modifié la donne et a ouvert la voie à Anthony Géros.

La succession par charisme n’a pas fonctionné

Sémir Al Wardi, politologue

D’autant plus que le camp des successeurs potentiel de Jacquie Graffe s’est déchiré en luttes intestines, sur fond d’homophobie. Anthony Géros n’en demandait pas tant.
 

Uturoa, où quand les distributions du confinement ne profitent pas aux sortants


A Uturoa comme à Arue, les opposants politiques ont dénoncé la distribution d’aides diverses pendant le confinement. En faisant un argument de campagne. Pour autant cela n’a pas servi à au moins deux d’entre eux Sylviane Terooatea à Uturoa et Philip Schyle à Arue. Tous les deux ont été battus

Ceux qui on dit que le confinement était profitable aux maires sortants se sont  trompés 

Sémir Al Wardi, politologue

Papeete, Tauhiti Nena rate la marche de peu, une fois de plus


Il n’en est pas encore au record des 5 candidatures d’Anthony Géros à Paea, mais il en prend le chemin. Pour la 3ème fois Tauhiti Nena échoue au pied du podium, battu de justesse par le maire sortant Michel Buillard. Il lui a sans doute manqué les 1170 voix du Tavini, pourtant son ancien parti.
Lendemain de second tour, l’analyse
 

Il a perdu de justesse justement car ceux qui sont arrivés divisés n’ont pas pu gagner les sièges 

Sémir Al Wardi, politologue

L'analyse de Sémir Al Wardi

Les Outre-mer en continu
Accéder au live