Les peintres canaques investissent le CMA

art province sud
Les peintres kanak investissent le CMA
Paula Boi Gony ©SIAPO / Paula Boi Gony
En partenariat avec la délégation et la condition féminine, ainsi que l’association SIAPO, le Centre des Métiers d’Arts accueille du 10 au 14 octobre prochains trois peintres de Nouvelle-Calédonie. Une première rencontre d'une série à venir, intitulée "Femmes peintres d'Océanie".
Pour cette première rencontre, le CMA et ses partenaires ont décidé de mettre en valeur les artistes de Nouvelle-Calédonie. Micheline Néporon, Denise Tiavouane et Paula Boi Gony appartiennent à cette génération d'artistres pionnères de l'art kanak contemporain. Exposées un peu partout dans le monde, de New-York jusqu’en Suisse en passant par l’Italie,ces femmes sont les premières peintres kanak reconnues à l’international. "Une génération à la fois façonnée par l'histoire et la culture de son peuple et de ses évènements, trop souvent, oubliés de nos jours", écrit à leur propos Patrice Kaikilekofe, coordinateur artistique de l'association SIAPO.

L'objectif de cet évènement "Femmes peintres d'Océanie" : aider à l'émergence d'artistes polynésiennes encore peu reconnues sur les scènes artistiques océaniennes et internationales. Durant cinq jours, les artistes vont ainsi partager leur savoir avec les élèves du CMA au travers d’ateliers, mais aussi avec le public grâce à des rencontres et tables rondes au cours desquelles il sera question de la place de la femme en Océanie et dans la peinture.

Chaque soir, une des artistes présentera une lecture de son travail. Le vendredi 14 octobre, en guise de clôture, les peintres exposeront leurs œuvres à partir de 18h30. L'exposition sera ouverte à tous.


Des artistes kanak à la renommée internationale


Denise Tiavouane

Denise T
©SIAPO / Denise Tiavouane

Originaire de la tribu de Saint-Gabriel, à Pouébo, Denise Tiavouane est perpétuellement, à travers son travail, à la recherche de ses racines culturelles. Elle considère que les artistes ont une responsabilité par rapport à la société. Dans son cas, il s’agit notamment de contribuer à transmettre l’identité kanake aux jeunes. Elle a exposé à titre individuel et participé à diverses expositions internationales ainsi qu'en Nouvelle-Calédonie. Denise Tiavouane était dernièrement, avec le soutien de l’ADCK et de la Commune de Païta, une des artistes de l’exposition collective "Paradise Now ?" qui s’est déroulée à New-York.

Micheline Néporon

Micheline Néporon
Micheline Néporon ©SIAPO / Micheline Néporon

Née dans la tribu d’Unia, à Yaté, Micheline Néporon considère que l’art est un moyen d’émancipation pour les femmes kanak. Après une première exposition en 1985 à Nouméa, elle participe en 1990 à l’exposition "Ko I Névâ" à Nouméa, et ensuite au "Musée en Herbe" à la Halle Saint-Pierre, à Paris. Elle décide ensuite de se perfectionner à l’Ecole des Beaux arts de Bordeaux, puis de Marseille. Depuis, elle a participé à diverses expositions en France, au Mali, en Australie, aux îles Cook et au Vanuatu ainsi qu’aux 1ère, 2e et 3e Biennales d’art contemporain de Nouméa et à la deuxième Triennale d’art contemporain Asie-Pacifique de Brisbane.

Paula Boi Gony

Paula Boi Gony
Paula Boi Gony ©Paula Boi Gony

Paula Boi Gony est née à Koumac au nord de la Nouvelle-Calédonie. Elle a exposé à titre individuel et a participé à de nombreuses expositions collectives, tant en Nouvelle-Calédonie que dans le Pacifique, en Australie et à Bâle, en Suisse.
Outre les diverses éditions de l’exposition "Ko I Névâ" à Nouméa, elle a également collaboré à la Biennale de Nouméa en 1994 et à la Triennale Asie Pacifique, à Brisbane en 1999. Elle travaille aussi en tant que graphiste et illustre des affiches, des livres et des pochettes de disque. Dans ses oeuvres, elle réinterprète sa compréhension des origines, des lois de la société kanak et de ses valeurs symboliques.