Polémique sur la notézine dans les écoles: la réponse du gouvernement

santé tahiti
notézine
©D.R.
Le communiqué précise qu' "il n'y a pas lieu d'avoir des craintes pour la prise de notézine dans les écoles", suite au cas d'un enfant qui aurait été victime de paralysie après cette prise de médicament, il y a un an.
Des syndicats d’enseignants ont exprimé leur opposition à la distribution de la notézine dans les écoles. Ils justifient leur position par l’existence d’une procédure judiciaire en cours, suite à la plainte d’un parent d’élève dont l’enfant aurait été victime de paralysie après la prise de la notézine dans une école de Paopao en 2013.
 
Sur les faits, il convient de préciser que l’enfant a été hospitalisé au CHPF pour divers examens approfondis. Aucune relation avec les médicaments antifilariens n'a été retenue. La notézine n’est donc pas en cause dans la paralysie temporaire dont cet enfant a été victime.
 
Il est impératif que ce programme de lutte contre la filariose, qui constitue un programme prioritaire de santé publique, soit également mené au sein des établissements scolaires, car les enfants constituent une cible prioritaire et sont plus que d’autres susceptibles d’être exposés à la filariose. C’est pourquoi, le Ministre de l’éducation et la Ministre de la santé tiennent à rassurer les enseignants en ce qui concerne leur responsabilité dans le cadre de la distribution de notézine effectuée dans les écoles.
 
La lutte contre la filariose est une action prioritaire de santé publique posée par la loi de Pays n°2005-3 du 07/02/2003 dans son article 6. La distribution de notézine en dehors des pharmacies est prévue par la délibération n°88-153 AT du 20/10/1988. Les personnels de l'éducation ont été désignés, parmi d’autres personnels non médicaux, pour faire partie du dispositif de distribution annuelle de notézine par arrêté CM n°473/CM du 31/03/2011.
 
De ce qui précède, il ressort que le personnel de l'éducation agit bien dans un cadre juridique clair et précis. Dans l’hypothèse d’un préjudice consécutif à la prise de notézine, c'est bien la responsabilité du Pays, ordonnateur de la campagne, qui serait engagée et non pas celle du personnel de l'éducation qui a agit dans le cadre d’une directive générale. En outre, l’autorisation des parents est nécessaire avant la prise de la notézine par l’enfant. Cette information est communiquée à l’avance par une note d’information dans le carnet de correspondance, et en cas de refus, les parents sont invités à en informer l’enseignant.
 
Depuis de nombreuses années, tous les établissements scolaires du Pays se mobilisent dans la distribution des comprimés de notézine.
Le Ministère de l’éducation et le Ministère de la santé saluent l’implication des enseignants dans cette action majeure de santé publique.
 
(D'après communiqué)
Les Outre-mer en continu
Accéder au live