publicité

Bon départ pour French Bee : les avis divergent

Le groupe Dubreuil, propriétaire de French Bee, a présenté dans les détails la première compagnie aérienne low cost et long courrier. Le groupe ne cache pas ses ambitions : bousculer les habitudes bien figées en Polynésie en affichant des prix très bas. Des passagers nous donnent leurs ressentis.

© French Bee
© French Bee
  • Polynésie la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
La compagnie French Bee vient d’inaugurer sa nouvelle ligne : Paris – Papeete via San Francisco. Jean-paul Dubreuil, président du groupe du même nom, a clairement affiché ses intentions : faire  bouger les choses dans le trafic aérien en proposant des tarifs plus bas que ses concurrents !

Jean-paul Dubreuil, président du groupe Dubreuil, est au micro d’Abinera Tematahotoa :

Jean-Paul Dubreuil


De plus, la compagnie envisage d’embaucher, localement, du Personnel Navigant Commercial et du personnel au sol.

Un des passagers nous a fait savoir son enthousiasme par rapport à ce vol inaugural qu'il qualifie d'excellent : "On a eu droit à une coupe de champagne offerte et un collier de coquillages avec nacre pour marquer le coup ! Le personnel est aux petits soins, l'avion est neuf, propre et silencieux. On a une playlist de films et de chansons convenable pour le trajet de Papeete à San Francisco et le repas est bon ! Selon moi, French Bee est bien mieux qu' ATN à tous les niveaux. Les sièges sont tout de même un peu plus serrés mais l'inclinaison est meilleure. Je mettrais une note de 8,5/10 !"

MAJ : 
Il y a tout de même certains passagers qui ont rencontré des problèmes. Sur Allo, qui sait quoi ?, selon Manava Nui, lors du vol Paris - San Francisco - Papeete qui a eu lieu juste après l'inaugural, ses bagages se sont retrouvés bloqués à San Francisco. Cela fait 2 jours maintenant qu'elle et ses proches sont sans nouvelles et qu'ils n'arrivent pas à joindre la compagnie. De plus, cette internaute avait bien respecté les conditions de French Bee : récupérer les bagages et les réenregistrer à San Francisco. Pourtant, à Tahiti, ils n'ont pas réapparu...

© Manava Nui sur Allo, qui sait quoi ?
© Manava Nui sur Allo, qui sait quoi ?



                        

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play