publicité

Une course de ‘aumoa pour les enfants défavorisés

La délégation à la Famille et à la Condition féminine, en collaboration avec les ministères de la Solidarité et de la Santé, et le Centre des Métiers d'Art, organise le Noël de la solidarité. Au programme : une course de 'aumoa, une petite pirogue à voile.

© Facebook CMA
© Facebook CMA
  • polynesie1ere.fr, Hiro'a
  • Publié le , mis à jour le
La manifestation commence ce samedi 9 décembre à 14h au parc Paofai. Le Centre des Métiers d'Art propose un atelier de course de 'aumoa, pirogue à voile miniature, pour le Noël des Solidarités. Un atelier destiné aux enfants de 8 à 12 ans, sur le plan d'eau aménagé au parc Paofai. Chaque gagnant remporte un 'aumoa. Au total 100 'Aumoa sont à gagner. L'entrée est libre de 14h à 17h.

© Facebook CMA
© Facebook CMA

Vaitiare Sagnes, de la délégation à la Famille et à la Condition féminine, revient en détails sur le programme de cette manifestation.

Interview


L’atelier sera "ludique et festif", promet Viri Taimana interrogé par le magazine culturel Hiro'a. "Chaque enfant pourra assembler sa pirogue, ajouter la grande voile et le foc, mettre du cordage, décorer les voiles avec des motifs de plusieurs couleurs et écrire son prénom dessus", explique le directeur du Centre des Métiers d’Art. Un petit plan d’eau sera installé dans le parc Paofai, suffisamment long pour que trois pirogues puissent "faire la course". "On pose sa pirogue dans l’eau et on lâche, elle n’avance qu’avec le vent". L’enfant qui gagne la course remporte le droit de repartir avec sa pirogue.

Une tradition qui se perd


En 2010, déjà, l’équipe du CMA avait construit une quarantaine de ‘aumoa et tout le centre avait participé à une régate au PK18. Une manière de faire revivre les compétitions qui étaient organisées autrefois aux Îles-sous-le-Vent. "C’étaient des pirogues de 2 mètres avec une grande voilure et à l’arrière, il y avait une baguette. Chaque participant faisait partir la pirogue, courait derrière et se servait de la baguette pour orienter le ‘aumoa en fonction du vent", explique Viri Taimana. Le lagon de Taha’a, où se déroulaient les compétitions d’antan, s’y prête particulièrement bien, puisqu’il y a de grandes surfaces avec peu d’eau, ce qui permet aux concurrents de courir un bon moment derrière leurs pirogues.
Une course de ‘aumoa pour les enfants défavorisés
Une course de ‘aumoa pour les enfants défavorisés


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play