publicité

Des prothèses auditives à la mode de chez nous

C'est lors d'un voyage en Polynésie en 2001 que la créatrice française, Nathalie Birault, a décidé de lancer son entreprise de customisation d'appareils auditifs. Fascinée par la fleur de tiare que tout le monde porte à l’oreille, elle se lance dans la création "d'appareils auditifs bijoux".

© Facebook Odiora
© Facebook Odiora
  • Par Tiana Valencourt
  • Publié le , mis à jour le
Atteinte de surdité sévére depuis l'âge de 12 ans, en pleine adolescence Nathalie Birault à des difficultés à accepter les "prothèses auditives aux coques marron".

En 2001 elle fait un voyage en Polynésie qui va la transformer ! En effet la jeune femme est profondément marquée par la fleur de Tiare que tout le monde porte à l'oreille. Elle aime non seulement son côté esthètique mais aussi ce qu'elle représente : un symbole de bienvenue et d'accueil. 

Plusieurs années après, Nathalie décide de lancer sa start up "Odiora", une société qui fabrique des bijoux en forme de fleurs destinés aux malentendants. Dans la tradition tahitienne, on porte une fleur au dessus de l’oreille, une tradition que la créatrice détourne pour transformer des appareils auditifs en véritable accéssoires de mode. 

Depuis, la marque a obtenu de nombreuses distinctions telles que le prix Noise, une association de l'EM Lyon décerné par la BNP Paribas, le prix Handi-entrepreneur par Atos, ou encore celui de la détermination décerné par Club Affaire 69 pour l'exposition « Écoutez-Voir ». 

Avec Odira, Nathalie reussi le pari de permettre aux malentendants d’affirmer leur handicap avec élégance et modernité.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play