publicité

Faire du sport, un parcours du combattant pour les PMR

La 4ème édition des Journées Polynésiennes du Handicap se tient depuis le mardi 23 avril, au parc Aorai Tini Hau. L'occasion de se pencher sur le quotidien des personnes à mobilité réduite, et en particulier sur la pratique du sport.
 

© Patrick Bey-Rozet / Polynésie 1ère
© Patrick Bey-Rozet / Polynésie 1ère
  • Par Axelle Mésinèle
  • Publié le , mis à jour le
Se déplacer dans les rues de Papeete n'est pas une sinécure pour les personnes à mobilité réduite, les PMR. Alors, quand il s'agit de pratiquer une activité physique, c'est pire. Jacques Bey-Rozet a 69 ans. Suite à un accident du travail survenu en 1995, il souffre d'un handicap physique et se déplace en fauteuil roulant.

Selon lui, " on ne donne pas les moyens aux handicapés de se doter d'engins indispensables à leur déplacement, à leur accessibilité. Et l'accessibilité c'est l'intégration économique et sociale d'un handicapé " . Quant à la pratique du sport, Jacques Bey-Rozet indique qu'"à chaque activité sportive correspond un matériel spécifique qui coûte cher ".
 

Jacques Bey-Rozet " un handicapé qui ne peut pas se déplacer en autonomie, il est cuit "

 
Faire du sport un parcours du combattant pour les PMR
Faire du sport un parcours du combattant pour les PMR

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play