L'invité café : Christophe Plée - 22/08/2022

entreprises polynésie française
L'invité café : Christophe Plée - 22/08/2022
L'invité café : Christophe Plée - 22/08/2022 ©Polynésie la 1ère
L'invité café du lundi 22 août 2022 est Christophe Plée, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME).

Les petites et moyennes entreprises veulent sortir de la crise actuelle, et les chefs d’entreprise sont eux aussi en première ligne. Il est de plus en plus dur aujourd’hui d’être entrepreneur, notamment par rapport à la responsabilité, vis-à-vis des salariés et à la hausse du prix des matières premières.

Christophe Plée, le président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), réclame de vraies mesures d’accompagnement et d’aides, pas uniquement financières.

Les prix des matières premières et des transports maritimes ont considérablement augmenté, et malgré les aides les entreprises ne s’en sortent pas.

La durée de la crise en Ukraine est impossible à déterminer, ce qui explique l’inquiétude autour de la flambée des prix des matières premières (15% à 17% d’augmentation.)

On ne sait donc pas si on doit prendre des mesures sur le moyen ou sur le long terme.

La CPME propose de demander de l’aide à l’état pour les entreprises qui sont « touchées de plein fouet», une demande au ministre de l’économie.

Sur la question du code du travail, Christophe Plée estime qu’il n’est pas indispensable de se calquer sur le modèle métropolitain. « En face de vous il y’a un pays, la Nouvelle-Zélande, eux n’ont quasiment pas de code du travail, comment font-ils ? Le niveau de vie des néo-zélandais n’est pas si mauvais que ça », nous explique-t-il. La Polynésie française est entourée de pays anglophones qui ne possèdent pas de code du travail et qui d’après lui, se portent bien.

Le patron de la CPME propose de tout miser sur l’activité, (avec l’exemple du tourisme qui a repris son cours) dans l’espoir que sur le long terme nous puissions mieux gérer la crise.

Christophe Plée est interrogé en direct par Ibrahim Ahmed Hazi :