publicité

La Nouvelle-Zélande verrouille son marché immobilier : quelles conséquences pour les Polynésiens ?

Le Parlement néo-zélandais vient d'adopter une loi restreignant drastiquement les investissements étrangers dans le secteur de l'habitat. Objectif : lutter contre la flambée des prix de l'immobilier. Les règles changent donc pour les investisseurs polynésiens.

Queenstown, Nouvelle-Zélande © LAWRENCE MURRAY / WIKIMEDIA
© LAWRENCE MURRAY / WIKIMEDIA Queenstown, Nouvelle-Zélande
  • Polynésie la 1ère, Marie-Christine Depaepe
  • Publié le
Pour lutter contre l'inflation du secteur immobilier et favoriser l'accession à la propriété pour le plus grand nombre de ressortissants kiwi, le gouvernement néo-zélandais a décidé de verrouiller son marché immobilier.

Ces dernières années, la fiscalité kiwi très attractive et la beauté du pays ont poussé de nombreux Polynésiens à investir dans l’immobilier. Il va falloir maintenant s’adapter aux nouvelles règles.

Quel sera précisément l’impact de cette nouvelle législation sur les propriétaires ou les futurs  acheteurs polynésiens ? Quel est l’objectif recherché par le gouvernement travailliste ? Les réponses et explications de Marie-Christine Depaepe :

« La nouvelle loi touche surtout l’immobilier ancien. »


Les étrangers qui ont un permis de résidence en Nouvelle-Zélande (en majorité des Chinois, Britanniques, Indiens et Sud-Africains), ne sont pas touchés par cette interdiction tout comme les Australiens et Singapouriens, en vertu d’un accord de libre échange avec le pays du long nuage blanc.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play