publicité

"Le procès Marlier 1"

On reparle de Moerani Marlier, condamné pour trafic d’ice en août 2018 dans l’affaire Mai. Il comparaît aujourd’hui avec 9 autres prévenus pour un autre trafic présumé, plus ancien celui-là, entre 2013 et 2014 et qui avait conduit à sa première arrestation.

 

© polynésie.la1ère
© polynésie.la1ère
  • Lucille Guichet
  • Publié le , mis à jour le
C’est ce que le Président du tribunal appelle « le procès Marlier 1 ». Un train de vie dispendieux, à partir de 2013. La justice estime que les co-prévenus auraient dépensé entre 60 et 96 millions de Francs, en voyages, travaux, soirées dans les hôtels:

« Je n’avais rien de tout ça, raconte une mule présumée à la barre. Ça m’a fait envie. Je ne consommais plus depuis 5 ans, Moerani m’a fait replonger. »

Moerani Marlier aurait effectué au moins 4 voyages à Hawaii entre 2013 et 2014, parfois avec ses enfants, à l’époque où les sachets d’ice passaient simplement cachés dans des paquets de cigarettes. Lors d’un vol retour, Moerani Marlier aurait ainsi ouvert avec une lame de cutter une cartouche de cigarettes pour y glisser 11 sachets d’ice, les refermer avec de la colle et les replacer dans un sac « duty free » comme si le paquet était neuf.

« C’est un manipulateur, explique une des mules à la barre. Il fait en sorte que tu fasses ce qu’il veut : un mélange de tchatche et de drogue. »

Les complices présumés se seraient ensuite donnés rendez-vous au tattoo shop de Bruno Tupuai, sur le front de mer de Papeete, pour se partager la marchandise. C’est lui qui est soupçonné de financer les voyages et les achats de Moerani Marlier, à Hawaii. Déjà condamné pour des affaires de stupéfiants, il explique :

« La première fois, je n’ai fait que 8 mois de détention, ça m’a pas suffit pour comprendre. Donc, en sortant, j’ai replongé. »

Moerani Marlier, se sachant surveillé, aurait ensuite demandé à ses amis, à des cousins, de transporter la drogue sur eux…jusqu’en décembre 2014, date de son arrestation.

Parmi les 10 prévenus, la compagne de Moerani Marlier, mais aussi un tatoueur, des guides touristiques, un mécanicien…tous ou presque insérés dans la vie sociale, loin de l’image de la mule désœuvrée. A la barre, ils expliquent avoir voulu assurer leur importante consommation d’ice (2 grammes par semaine) et améliorer leur train de vie. « Une association d’opportunité, » résume le Président. Et l’un d’eux de raconter : 


« Avec l’ice, tu as beaucoup d’énergie, tu es capable de te concentrer plus longtemps et tu n’es jamais fatigué. Puis, il y a le bad trip : tu deviens hargneux, t’en veux à tout le monde et tu es capable de tout pour t’en procurer. Tu es amaigri, ta couleur de peau devient bizarre et tu manges peu. Il suffit d’avoir consommé une fois et si on te repropose, tu vas retomber dedans, c’est obligé. »

Moerani Marlier purge actuellement une peine de 8 ans de prison, condamné en août 2018 dans l’affaire « Mai ».
Ce procès doit durer 3 jours.
« le procès Marlier 1 »
« le procès Marlier 1 »

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play