publicité

Service national universel : Macron veut rétablir une partie "obligatoire" d'au moins trois mois

Durant sa campagne, le chef de l'Etat avait promis de rétablir un "service national obligatoire et universel", mixte et civique durant entre un trimestre ou un semestre.

Emmanuel Macron participe à une revue des troupes, le 19 janvier 2018, à bord du navire militaire français "Dixmude", à Toulon. © CLAUDE PARIS / AFP
© CLAUDE PARIS / AFP Emmanuel Macron participe à une revue des troupes, le 19 janvier 2018, à bord du navire militaire français "Dixmude", à Toulon.
  • Polynésie la 1ère d'après Franceinfo
  • Publié le , mis à jour le
Les contours de sa promesse se précisent. Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a dit souhaiter, mardi 13 février, que le futur service national universel soit "obligatoire" et dure "autour du trimestre", voire de "3 à 6 mois". "Il ne s'agit pas de recréer des casernements massifs", a-t-il ajouté, estimant que le coût de cette mesure ne sera pas "prohibitif".

Cette déclaration intervient à la veille de la présentation d'un rapport parlementaire sur le service national universel. Le dossier a déjà provoqué une certaine cacophonie au sein du gouvernement, obligeant, mardi, le porte-parole du gouvernement à s'exprimer. Ce service "sera universel, il concernera toute la classe d'âge et il sera obligatoire", a assuré Benjamin Griveaux.


Expérimentation dès l'année prochaine ?

Mais c'est le groupe de travail mis en place par l'Élysée qui aura le dernier mot : il doit rendre ses conclusions fin avril. La phase d'expérimentation pourrait débuter dès le début de l'année 2019.

Durant sa campagne, en mars 2017, Emmanuel Macron avait promis de rétablir un "service national obligatoire et universel" d'un mois et pour l'ensemble d'une même classe d'âge, soit entre 600 000 et 800 000 jeunes par an.

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play