Projet de mosquée : pas de soutien du gouvernement

religion tahiti
mosquee tahiti
©Polynesie 1ère
Dans un communiqué, le gouvernement apporte des précisions sur son supposé "soutien" au projet de construction d'une mosquée à Tahiti. Même s'il reste attaché à la liberté religieuse, il ne le soutient aucunement.
"Au moment où le centre islamique de Tahiti entame en métropole une campagne de collecte de fonds en vue de la construction d’une mosquée à Tahiti, cette association sur sa page Facebook prétend avoir reçu un soutien officiel du Président de la Polynésie française. A cet effet, elle met en ligne un communiqué de la présidence en date du 15 octobre 2013. Ce communiqué pris hors contexte a été publié alors que l’ouverture du centre islamique suscitait une vague de protestation importante et que montait un fort sentiment islamophobe qui faisait craindre des débordements de nature à troubler l’ordre public.
 
La Polynésie française dans un souci d’apaisement des esprits n’a fait que rappeler les principes constitutionnels de liberté religieuse qui s’appliquent également en Polynésie française. En aucune manière cette position de principe ne peut être interprétée comme un soutien officiel du Président à l’initiative d’ouvrir un centre islamique en Polynésie française.
 
Bien au contraire il s’est avéré par la suite, contrairement aux assurances de ses responsables, que si l’association avait correctement déposé ses statuts, en revanche le centre islamique lui-même, installé rue Gauguin, avait ouvert sans aucune autorisation de la mairie et en violation de la loi, ce qui lui valut d’être fermé sur décision du conseil municipal de Papeete.
 
Le gouvernement de la Polynésie française ne saurait cautionner les agissements illégaux des promoteurs du centre islamique de Tahiti et demeure particulièrement vigilant, en tout état de cause, vis à vis d’initiatives extérieures dont on ignore la portée. Tout en rappelant son attachement à la liberté  religieuse, le Président ne saurait cautionner une initiative qui masquerait une quelconque propagande islamiste."

Communiqué Présidence du gouvernement
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live