publicité

Un spécialiste en plaies et cicatrisations au fenua

Bobos, égratignures ou écorchures…ces blessures cicatrisent généralement toutes seules au bout de quelques jours, mais mal soignées elles peuvent faire l’objet de complications.

Franck Duteille, diplômé universitaire en plaies et cicatrisations © Polynésie 1ère /Bruno Iedra
© Polynésie 1ère /Bruno Iedra Franck Duteille, diplômé universitaire en plaies et cicatrisations
  • jeanne peckett-pouira/ismael tahiata/bruno iedra
  • Publié le , mis à jour le
Un spécialiste des plaies et cicatrisations au fenua
Un spécialiste des plaies et cicatrisations au fenua
patient diabétique soigné pour une blessure à la main mal cicatrisée © Polynésie 1ère
Chez certaines personnes, toute plaie, même superficielle, n’est pas forcément anodine, comme les diabétiques par exemple. Ces derniers représentent 13% de la population polynésienne. Ils ont pour particularité de présenter un risque supérieur d’infection à celui du reste de la population.

Il a été observé que 20% d’entre eux connaissent des retards de cicatrisation. Même constat pour les personnes souffrant d’obésité. 500 patients diabétiques sont traités en Polynésie par an, 28 nouveaux cas sont enregistrés par mois. En 2015, sur la centaine d’amputations pratiquées, 69 concernaient des diabétiques.

en 2015, 69 diabétiques ont subi une amputation © Polynésie 1ère
Comment faire pour écarter tout risque d’infection ? C’est à cette question que le professeur Frank Duteille, diplômé universitaire en plaies et cicatrisations, est venu répondre.

Invité par des professionnels de santé, il est au fenua pour une série de conférences débats ainsi que des formations qui ont débuté jeudi.
Le spécialiste en plaies et cicatrisations, Franck Duteille, en formation à l'amphithéâtre du centre hospitalier du Taaone © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Le spécialiste en plaies et cicatrisations, Franck Duteille, en formation à l'amphithéâtre du centre hospitalier du Taaone
Rosine Van Bluck, infirmière spécialiste en soins des plaies et stomathérapie

 

Sur le même thème

  • santé

    L'ordre des médecins met fin au titre actuel d'homéopathe

    Le Conseil de l'Ordre des médecins a mis fin au titre actuel d'homéopathe pour les futurs médecins, tout en envisageant de l'accorder à l'avenir sous réserve de la création d'un "éventuel diplôme interuniversitaire", indépendant de l'industrie pharmaceutique.

  • santé

    La dengue ne faiblit pas en Polynésie

    Selon les derniers chiffres de la Direction de la santé et du bureau de veille sanitaire, on comptabilise 1058 cas autochtones depuis le début de l’épidémie.
     

  • santé

    Octobre rose : le dépistage mieux remboursé

    Le cancer du sein peut être soigné s’il est détecté tôt. C’est tout l’enjeu du dépistage. Pour ce mois de sensibilisation la direction de la santé annonce qu’elle va mieux rembourser l’échographie du sein.
     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play