Récupérés blessés, choqués mais vivants

faits divers tahiti
Naufragés Rangiroa
Un des trois rescapés ©Eric Tang /Polynésie 1ère
C’est après avoir passé 26 heures dans l’eau, que les deux frères et leur soeur, dont le bateau a chaviré lundi entre Tikehau et Mataiva, ont été ramenés vivants par l’hélicoptère de l’armée. Écoutez leur témoignage exclusif recueilli par notre envoyé spécial Eric Tang.


Les deux frères et leur soeur portés disparus depuis lundi après-midi entre Tikehau et Mataiva ont été ramenés vivants, mais choqués, vers 13h30 à Rangiroa par l’hélicoptère de l’armée.
C’est après avoir passé 26 heures dans l’eau, que les deux frères et leur soeur, dont le bateau a chaviré lundi entre Tikehau et Mataiva, ont été ramenés vivants par l’hélicoptère de l’armée. Écoutez leur témoignage exclusif. ©Polynesie1ere

C’est vers 13 heures, mardi, que les militaires ont récupéré les naufragés, lesquels ont d'abord été pris en charge par une goëlette à quelques miles de Mataiva. Deux frères et une soeur dont le bateau a chaviré hier à cause d’une puissante lame sur le chemin du retour. Ils ont tout perdu à bord, notamment la balise de détresse. Heureusement, ils ont pu récupérer leurs gilets de sauvetage. Mais pendant 26 heures, ces naufragés ont attendu dans l’eau que les secours arrivent.

Hier, ces deux frères et leur soeur, originaires de Mataiva, étaient partis à un enterrement à Tikehau. Après la cérémonie, il leur avait été conseillé de rester sur cet atoll à cause de la forte houle. Ils ont quand même repris leur bateau pour rejoindre Mataiva.

"Ne pas faire le dur"

Le drame s’est ensuite produit à quelques miles de leur atoll. Ce sont leurs proches qui ont averti les autorités et le MRCC a lancé les recherches. Elles ont duré tard la nuit dernière, pour reprendre mardi matin, cette fois-ci avec un avion, l’hélicoptère et trois bateaux.

Les rescapés ont posé les pieds à Rangiroa en état de choc, blessés, sans doute brûlés par l’essence du bateau qui flottait sur l’eau. L’un des frères a alors déclaré que « quand on dit non, c’est non, il ne faut pas faire le dur ». Tous trois ont alors été admis à l’hôpital de Rangiroa.
Naufragés Rangiroa
©Eric Tang / Polynésie 1ère


Écoutez le témoignage de Tane Tutira, un des naufragés :
 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live