Reprise timide de l'économie mondiale

économie tahiti
éco
©D.R.
Dans sa dernière parution consacrée à la conjoncture internationale en 2013, l'ISPF (Institut de la Statistique de Polynésie) note que l'année 2013 a surtout été une "année de transition", avec la stabilisation progressive de la situation en zone euro ainsi que le raffermissement de l'économie US.
La croissance mondiale a néanmoins connu une légère décélération en 2013 en raison du ralentissement de certaines économies émergentes, en particulier la Chine.

En 2013, la reprise de l'activité économique mondiale s'est progressivement consolidée (+ 3% selon le FMI, après 3,1% en 2012)? Celle ci est restée toutefois inégalement répartie selon les zones géographiques.

C'est toujours dans les grands pays émergents (Brésil, Russie, Chine, Inde) que l'on retrouve la croissance la plus vigoureuse. Celle-ci a toutefois été freinée par la baisse de la demande des ménages occidentaux, mais aussi par les tensions sociales et environnementales qu'ils rencontrent.

Dans les économies avancées, les Etats Unis et le Royaume Uni se démarquent avec une croissance qui s'accélère: l'investissement est soutenu, les carnets de commandes sont pleins, le chômage recule et l'industrie repart. L'économie allemande reste forte grâce à son industrie et ses exportations. Au Japon, les politiques de relance accommodantes ont dynamisé la croissance, mais le rebond s'atténue en fin d'année. Les économies australienne et néo-zélandaise demeurent solides s'appuyant sur leurs exportations de matières premières vers l'Asie.

Ailleurs, en particulier dans la zone euro, la reprise intervenue au dernier trimestre ne permet pas de compenser un mauvais début d'année; la croissance de la zone euro est négative en 2013, mais les grands pays devraient tous renouer avec la croissance dès 2014. La France a terminé l'année sur une timide amélioration, tandis que les difficultés persistent en Italie, en Espagne, au Portugal, et en Grèce.

tableau
©(c) ISPF