polynésie
info locale

"Tahiti, c'est la France" : une phrase de la ministre qui fait bondir Oscar Temaru

politique tahiti
Manifestation indépendantiste devant le collège Henri Hiro
©Polynésie 1ère - Titaua Doom
La ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem était samedi matin en visite au lycée du Taaone. Interviewée par nos journalistes, elle prononce cette phrase "Tahiti c'est la France !" qui va faire réagir Oscar Temaru immédiatement. Début d'une polémique...

L'accueil émouvant avec un rahiri, des danses et un orero

Au programme, visite de l’internat et de la section prépa CPGE PTSI-PT. Les internes et les élèves des classes de Reo (langues polynésiennes) ont accueilli la ministre avec un Rahiri (accueil traditionnel avec des feuilles de bananiers pour symboliser la paix), des chants, des danses et un Orero (déclamation orale) qui a impressionné la ministre. 


Après un petit déjeuner rapide en compagnie des élèves et du personnel enseignant, Najat Vallaud-Belkacem a pu visiter l'un des dortoirs, avant de passer en revue les locaux réservés à la classe préparatoire. La ministre a confirmé que tous les moyens seraient mis en œuvre pour l’ouverture d’une deuxième année pour la classe préparatoire. Elle a aussi précisé que l’Etat envisageait d’apporter son soutien pour l’amélioration des internats.

Au micro de Heidi Yieng Kow et Hiro Terorotua, elle nous donne ses premiers sentiments sur la jeunesse polynésienne :
©Polynésie 1ère


"Tahiti, c'est la France" : la phrase qui déclenche la polémique

Il n'en a pas fallu plus à Oscar Temaru, maire de la commune de Fa'a'a et leader indépendantiste, pour déclencher une polémique :

ITW Najat Vallaud Belkacem au lycée du Taaone


Il s'est même déplacé physiquement samedi matin devant le collège Henri Hiro, muni de banderoles, pour rappeler sa position à la ministre :
©Polynésie 1ère

La ministre partira ensuite pour les Tuamotu et notamment l’atoll de Rangiroa. Najat Vallaud-Belkacem devrait signera le soir même une convention décennale avec le pays.
Publicité