Une bagarre à Nuutania filmée puis publiée sur Internet

faits divers tahiti
bagarre Nuutania
©www.youtube.com
La vidéo dure un peu plus de deux minutes et a été mise en ligne sur Youtube vendredi. On y voit deux hommes s’affronter à coups de pieds et de poings dans une cour de la prison de Nuutania.
Les lieux ont été reconnus par des personnes qui travaillent sur place. Si l’administration pénitentiaire n’a pas voulu faire de commentaires, cette vidéo soulève plusieurs questions.
D’abord, de quand date-t-elle ? La séquence a été postée le 15 janvier mais les images datent peut-être de plusieurs semaines ou de plusieurs mois.
Qui a filmé ces images ? A priori, c’est un autre détenu. On entend ses commentaires sur l’enregistrement, il filme au dessus de la cour depuis un étage.
Plus bas, deux hommes torses nus sont en train de s’affronter devant d’autres détenus. Sur Youtube, ils sont désignés comme Roniu et Tuaru. La vidéo a du être filmée à l’aide d’un smartphone…
bagarre Nuutania 2
©www.youtube.com
Peut être que les images ont été mises en ligne depuis la prison ou peut-être ont-elles été envoyées à un complice à l’extérieur. Ce n’est un secret pour personne, même si c’est interdit, des téléphones portables circulent à Nuutania. En août dernier, un détenu avait été condamné à deux ans de prison ferme pour s’être fait livrer de l’ice et une puce de vini en prison. 

Alerté, le parquet de Papeete devrait ouvrir une enquête pour retrouver la provenance de ces images. Pour un détenu comme pour ses proches et éventuels complices, introduire un téléphone en prison est un délit. Diffuser des images violentes en est un autre. Les gardiens en sont conscients et se plaignent de nouvelles règles qui leur imposent des fouilles moins poussées. En métropole, des scandales de ce type ont déjà eu lieu à Marseille notamment. 

Dans certaines prisons, des brouilleurs d’ondes ont été installés mais ça n’est pas forcément suivi d’effets. A tel point qu’au ministère de la Justice, on s’interroge sur l’opportunité d’autoriser les téléphones portables en détention, sous certaines conditions.