Violences conjugales : pas de trêve des confiseurs

société tahiti
Violences conjugales : pas de trêve des confiseurs
Violences conjugales : pas de trêve des confiseurs ©Polynesie1ere
Le jeune homme qui a poignardé sa compagne hier, et qui s'est immolé ensuite  est décédé ce matin à l'hôpital du Taaone. Il  était arrivé , brûlé à 90% et n'avait que peu de chances de s'en sortir .
L'actualité nous rappelle tout au long de l'année, mais particulièrement en décembre-janvier à quel point les violences intrafamiliales font encore beaucoup de victimes. Frustrations, bagarres, disputes et parfois drames comme on l'a vu ces derniers jours. Toutefois, les campagnes de prévention et d'information ont permis de faire baisser légèrement les chiffres. .
 Vaihere Tauotaha / Jacques Damour 
Violences conjugales : pas de trêve des confiseurs
Violences conjugales : pas de trêve des confiseurs