La tension monte au centre de confinement de l'IJSPF

coronavirus
coronavirus contre de confinement
Lorsque les services de santé arrivent pour le changement de centre de confinement, les passagers déjà isolés depuis 3 jours s'y opposent fermement. ©Alexandrine Viriginie/Facebook
La tension est montée d'un cran, ce vendredi 20 mars, dans un centre de confinement de l'IJSPF, où 5 personnes sont hébergées depuis 3 jours, après l'annonce d'un déménagement sur un autre site où d'autres passagers arrivant de France venaient d'être installés.
La peur ne fait que grandir, après l'annonce de nouveaux cas confirmés et le confinement général de la population.

Ils ne sont que 5 passagers sur la centaine présente à bord de l'avion qui revenait d'Auckland, mercredi18 mars, à être restés confinés à l'IJSPF, à Pirae. Originaires des îles, ils doivent y rester 14 jours, afin d'éviter tout risque de propagation du virus.

Mais la tension est montée d'un cran, ce vendredi 20 mars, lorsqu'on leur a annoncé qu'ils allaient devoir changer de centre de confinement et aller à Outumaoro (Punaauia), où d'autres passagers arrivés jeudi 19 mars de Paris, sont à l'isolement. "Nous, ça fait 3 jours que nous sommes là, on n'a pas de symptôme [...] et ils veulent nous mélanger avec ceux qui sont arrivés hier soir de Paris ? Où on va ?" s'est indigné un passager confiné dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.Tous se sont opposés à ce déménagement. Face à eux, les services de santé ont finalement décidé de faire demi-tour.Mais ce passager originaire de Raiatea s'inquiète malgré tout : "Et si dans 11 jours on n'a pas de symptôme, comment on peut rentrer chez nous ? On a tout annulé, plus de vol."

Les services de santé du Pays n'ont pas donné suite à nos questions.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live