Pourquoi la FNAC s’implante à La Réunion ?

économie
Fnac
©PHILIPPE HUGUEN / AFP
La Fnac va ouvrir six magasins à La Réunion, dont le premier dans le Sud de l'île, à Saint-Pierre, le 13 juillet. Les Outre-mer intéressent l’enseigne de produits culturels. Interview d'un responsable de la FNAC.
L'enseigne de produits culturels annonce l’ouverture de six magasins à La Réunion. Alors que le premier ouvrira à Saint-Pierre le 13 juillet, Manuel Biota, directeur Franchise et nouveaux formats de la FNAC répond aux questions de La1ère.fr

La1ère : Pourquoi la FNAC décide de s’implanter à La Réunion ?
Manuel Biota : La FNAC se développe de plus en plus dans les petites et moyennes villes en France et dans de nouveaux territoires partout dans le monde. La Réunion est un département avec un beau bassin de population et on y a trouvé un partenaire sur place. "Agora" a déjà cinq magasins qui fonctionnent très bien et sur lesquels nous allons apporter la marque FNAC et l’offre produit. La Réunion est la deuxième île française sur laquelle nous nous implantons, la première était la Corse.

Six magasins n’est-ce pas beaucoup pour le territoire ?
Non, car nous travaillons sur un marché déjà existant et nous avons de la demande dans ces magasins.

Les prix seront-ils les mêmes qu’en métropole ?
Nous allons être sur des prix les plus compétitifs possibles car nous avons une centrale d’achat importante avec de la notoriété et un large assortiment de produits. En revanche les taxes et les couts de fret sont bien existants, nous ne pouvons pas y échapper. Mais nous serons toujours le plus compétitifs possible.

L’ouverture de six magasins peut-elle créer de l’emploi à La Réunion ?
A La Réunion, nous allons développer l’enseigne. Il y aura donc une hausse du chiffre d’affaires et de l’activité donc cela sera potentiellement générateur d’emploi.

Pourriez-vous vous implanter ailleurs Outre-mer ?
Nous étudions en effet d’autres possibilités. Nous prospectons sur d’autres territoires Outre-mer, mais pour l’instant je ne peux pas en dire davantage.