Reprise des cours du nickel et forte progression d'Eramet à la Bourse avant publication de résultats négatifs

nickel
nickel eramet
Mine de nickel de la SLN en Nouvelle-Calédonie. ©Olivier Abellan
Le cours du nickel est entré dans une phase de consolidation ce vendredi à la Bourse des métaux de Londres. Néanmoins, la demande est restée importante comme le souligne le trader Triland Metals. 
Le nickel clôture la semaine à 9.035 dollars la tonne avec une progression de 1,71 % sur 5 jours. Le groupe français Eramet a bénéficié de ce regain d’optimisme pour le métal. Eramet progresse encore de près de 9 % vendredi et clôture à 31,32 euros. La progression sur cinq jours est de 34 %. La publication, ce vendredi, des résultats de la branche nickel au premier trimestre, traduit la crise des prix du métal au premier trismestre et ses conséquences sur le groupe et sa filiale calédonienne. Ses résultats ne peuvent enregistrer le mouvement haussier du nickel qui vient de s'enclencher à la Bourse des métaux de Londres.
 

Chiffre d'affaires en baisse

Le chiffre d'affaires du groupe Eramet est en baisse de 14 % au 1er trimestre 2016 par rapport au 1er trimestre 2015, principalement en raison de l'évolution du cours du nickel. Le chiffre d'affaires d'Eramet Nickel est en baisse de 39 % par rapport au 1er trimestre 2015. Les cours du nickel affichent en moyenne sur le trimestre leur plus bas niveau depuis une quinzaine d'années.
Le renforcement des mesures de réduction de coûts et d'amélioration de la productivité chez Eramet Nickel s'est déjà traduit sur le 1er trimestre par une baisse de 10 % du cash cost de la Société Le Nickel (SLN) par rapport à la moyenne de l'année 2015 à conditions économiques identiques.
 
Eramet Nickel : chiffre d'affaires en baisse de 39 % au 1er trimestre 2016 par rapport au 1er trimestre 2015. La production mondiale d'acier inoxydable est restée stable sur les trois premiers mois de l'année 2016 par rapport à la même période de l'année 2015, à 10,2 millions de tonnes. Une légère augmentation de la production mondiale est observée depuis fin mars 2016.
Le ralentissement de la croissance en Chine constaté en 2015 et le niveau très élevé des stocks de nickel ont conduit à des niveaux de prix du nickel extrêmement bas début 2016. Les cours du nickel au LME ont ainsi atteint leur plus bas niveau depuis le 1er trimestre 2003, la moyenne des cours s'établissant à 3,86 USD/lb au 1er trimestre 2016. A ces niveaux de prix, il est estimé que plus de 70 % de l'industrie du nickel produit à perte.
 

Début de rééquilibrage

A la fin mars 2016, les stocks cumulés de nickel métal au LME et au SHFE (Shanghai Futures Exchange) étaient toujours supérieurs à 500.000 tonnes de nickel. Les forts déstockages de minerai de nickel observés depuis 2014, les coupures de production annoncées par plusieurs producteurs de nickel, dont une baisse de production des fontes au nickel chinoises (NPI), et une croissance légèrement positive de la demande en nickel sur 2016 pourraient contribuer à un début de rééquilibrage du marché.
 
Dans ce contexte, le plan de réduction des coûts et d'amélioration de la productivité, affirmé comme la priorité absolue à court terme, a déjà conduit à des résultats rapides et importants : il a permis d'atteindre un cash-cost moyen à la SLN en progrès de 10 % par rapport à la moyenne 2015, pour un objectif annoncé de 4,5 USD/lb à fin 2017, en rythme annuel, aux conditions économiques de début 2016.
 
La production métallurgique de nickel à Doniambo (Nouvelle-Calédonie) est restée stable au 1er trimestre 2016 par rapport à la période correspondante de 2015. La demande en ferronickel SLN 25, produit très apprécié par les producteurs d'acier inox, a été particulièrement soutenue au 1er trimestre 2016.