La Réunion : le maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé, placé en garde à vue dans une affaire de favoritisme

politique
Joseph Sinimalé
Joseph Sinimalé (au premier plan sur la photo) ©Réunion La 1ere
Joseph Sinimalé, maire divers droite de Saint-Paul (commune de l'Ouest), a été placé en garde à vue mardi dans une affaire de prise illégale d'intérêt, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.
Les faits reprochés remontent à fin 2014 et début 2015. Élu maire depuis quelques mois, Joseph Sinimalé, 77 ans, aurait embauché le compagnon de sa fille au sein de son cabinet moyennant d'importants émoluments. Sandra Sinimalé, élue sur la liste de son père, était chargée de la gestion du personnel communal lorsque l'embauche a été faite.

Le père et la fille ont été placés en garde à vue dans la journée. Convoqué dans la matinée, le compagnon de Sandra Sinimalé a été remis en liberté en début d'après-midi. Candidat à sa propre succession aux municipales, Joseph Sinimalé a été mis en ballottage défavorable le 15 mars face à Huguette Bello, députée divers gauche de Saint-Paul, à l'issue du premier tour.
    

Condamné en 1998

Pour le second tour, il a fait alliance avec un autre candidat divers droite arrivé en troisième position. La nouvelle mouture de sa liste a été déposée en préfecture avant que Joseph Sinimalé ne se rende chez les gendarmes. Ce n'est pas Joseph Sinimalé, pourtant arrivé deuxième en mars, qui conduira la liste d'union mais Alain Bénard, comme l'indique Réunion la 1ère. 

Ce n'est pas la première fois que Joseph Sinimalé a maille à partir avec la justice. En 1998, alors qu'il est déjà maire de Saint-Paul, il avait été condamné en appel à trois ans de prison ferme, 100.000 francs (environ 14.500 euros) d'amende et cinq ans d'inéligibilité pour des faits de détournement de fonds, de favoritisme et de corruption d'électeurs. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live