Des nuits à l'abri pour les SDF

social
Pierre
©Annabelle Boyer (Réunion 1ère)
Deux abris de nuit pour les SDF ouvrent leurs portes à Saint-Denis. Ces structures, l'une pour les hommes et l'autre pour les femmes, devraient permettre d'éviter de nouveaux drames dans les rues du chef-lieu.
Deux abris dédiés à l'accueil des sans domicile fixe la nuit à Saint-Denis ont été officiellement inaugurés.
Ces deux cases l'une pour les hommes, et la seconde réservée aux femmes, sont déjà en service depuis le mois de janvier. Plus d'une centaine de SDF sont recensés sur le chef-lieu et une dizaine ont déjà rejoint les structures.

Un premier pas vers l'avenir

L'abri des hommes est installé rue Monthyon. Pour l'occasion, Pierre qui vit dans les rues du chef-lieu depuis un an se dit ravi de l'ouverture d'une telle structure : "Enfin on peut dormir. C'est devenu compliqué dehors. Il se passe trop de choses. On est exposé. En plus ici, il y a l'hygiène. On peut prendre une douche. Si tout se passe bien, plus tard, j'aurais mon logement. C'est temporaire".

Dix employés communaux

Dix employés communaux et une enveloppe de 400 000 Euros permettent l'accueil des SDF de 18 heures à 8 heures le lendemain matin. Corinne Le Dentic, la responsable de l'abri, rue Monthyon, confirme le sentiment de Pierre : "Ici, ils peuvent se reposer si ils respectent les règles de vie qu'impose la vie en communauté dans l'abri. Par la suite, ils seront dirigés vers des médecins et des psychologues pour une vraie prise en charge". 

Des SDF tués la nuit

Deux sans domicile fixe ont été tués dans les rues de Saint-Denis ces derniers mois. Le dernier meurtre s'est déroulé juste à côté de l'église Saint-Jacques. Auguste Trulès, a été retrouvé mort au petit matin. L'homme âgé de soixante ans venait de toucher son RSA (revenu de solidarité active). D'où, l'urgence pour Gilbert Annette, maire de Saint-Denis : "Nous voulons mettre un terme à cette nuit de tous les dangers pour les SDF. Ces abris sont les premiers de l'outre-mer".

Les Outre-mer en continu
Accéder au live