La pharmacie de Dos d'Ane condamnée à la fermeture

santé
René Baillif, pharmacien au Dos D'ane
©Géraldine Blandin (Réunion 1ère)
Privés de médecin depuis trois ans, les habitants de Dos d'Ane vont devoir faire, aussi, sans pharmacie. L'officine n'a pas résisté au départ du généraliste en 2009 et a perdu plus de la moitié de sa clientèle. Pour le commerce de René Baillif, c'est partir ou mourir !
La fermeture de la pharmacie de Dos d'Ane semble désormais inéluctable. Ouverte en 1991, elle rendait pourtant bien service. Mais depuis trois ans, il n'y a plus de médecin dans cet écart de La Possession et l'officine a perdu la moitié de sa clientèle. Les Dos d'Aniens qui se font soigner dans les bas de la commune récupèrent donc leurs médicaments à proximité des cabinets médicaux.
 
René Baillif, le pharmacien de Dos d'Ane, estime qu'il n'avait plus le choix "on est dans l'obligation soit de fermer, soit de transférer. Nous avons demandé le transfert donc nous attendons la réponse de l'ARS".

La pharmacie de Dos d'Ane condamnée à la fermeture



L'agence régionale de Santé doit désormais confirmer ce transfert à Moulin Joli. L'ARS avait bien rejeté une première demande... Cette fois, la décision ne fait plus de doute et, à Dos d'Ane, la population accuse le coup...

Fermeture de la pharmacie à Dos d'Ane


A la Possession d'ailleurs, ce n'est pas vraiment une surprise. Le maire déclare qu'il s'y attendait : "une pharmacie sans médecin, je ne vois pas comment cela pouvait fonctionner" avoue, impuissant, Roland Robert. Longtemps, la commune a espéré trouver un médecin pour cet écart. L'attribution d'un cabinet médical, sans loyer pendant un an, n'aura pas suffit. Aucun disciple d'hypocrate n'a répondu aux propositions de la mairie...

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live