Microcrédit : l'ADIE souhaite multiplier les projets

économie
Micro crédit : Jean-Sébastrien LEPERLIER, Patron de SL Racing
©Réunion 1ère
Lors de la semaine dédiée au microcrédit, l'ADIE a recensé plus de 90 000 personnes qui ont pris contact avec l'association. Les instances nationales de l'ADIE estiment que le microcrédit est un outil efficace pour répondre à la crise. A la Réunion, l'association souhaite multiplier les projets.
L'an passé, à La Réunion, 665 porteurs de projets ont bénéficié d'un microcrédit de l'Association pour le droit à l'initiative économique (ADIE). L'association, reconnue d'utilité publique aide les personnes exclues du marché du travail et du système bancaire classique à créer leur emploi grâce au microcrédit. Elle finance et accompagne tout porteur de projet de création d'entreprise mais également les entreprises qui ont moins de 5 ans d'activité.

L'ADIE emprunte pour prêter

L'ADIE trouve auprès des banques les financements nécessaires. L'association "et accompagne ensuite les porteurs de projets. L'accompagnement est en fait subventionné par les pouvoirs publics. En 2012, l'enveloppe ainsi utilisée dans le département avoisinait les 2,5 millions d'euros. Depuis sa création à La Réunion, 4000 créateurs d'entreprises ont été soutenus. Et les résultats sont encourageants puisque 70 % des entreprises créées passent le cap des 3 ans et 79 % des créateurs d'entreprises sont insérés, de manière définitive, sur le marché du travail. Même si l'activité s'arrête, finalement la réalisation d'un projet est un véritable tremplin vers l'emploi. C'est en tout cas le credo de Jimmy Berfroi. Le directeur régional adjoint de l'ADIE (Réunion-Mayotte) lance d'ailleurs un message d'espoir à la jeunesse réunionnaise qui a exprimé, son désarroi face au chômage, ces dernières semaines : "la jeunesse réunionnaise a beaucoup de richesse. Elle est capable de nous étonner. Il faut lui donner les moyens pour cela et ça, c'est notre boulot".
Sur le plan national, la volonté de multiplier les projet est également de rigueur. Catherine Barbaroux souligne l’urgence de mieux financer l’accompagnement des chômeurs créateurs d’entreprise. La Présidente de l'ADIE estime que le microcrédit est un outil efficace pour répondre à la crise. Et le succès de la 9ème Semaine du Microcrédit en est peut-être la preuve. Plus de 90 000 personnes ont contacté l'association entre le 4 et le 8 février.

20 ans de microcrédit

L’ADIE a été créé en 1989 par l'économiste Maria Nowak après sa rencontre avec le Prix Nobel de la Paix 2006, Muhammad Yunus. En 23 ans, 113 283 microcrédits ont été accordés, 81 396 entreprises ont été créées et cela a généré 107 000 emplois. Près d'un quart de siècle plus tard, les idées fondatrices de l'association sont toujours d'actualité : la micro-entreprise correspond aux besoins de la nouvelle économie et la société frappée par la désindustrialisation, la précarité et le chômage, les évolutions de la démographie et des mentalités favorisent le travail indépendant, tout individu qui souhaite entreprendre doit obtenir les moyens de le faire, donc accéder au crédit et les démarches réglementaires pour la création d'entreprise doivent être simplifiées.