A La Réunion, aussi, la e-cigarette fait un tabac

santé
Cigarette électronique
©Réunion 1ère
En France, plus de 500 000 consommateurs auraient été séduits par la cigarette électronique. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé mardi 5 Mars 2013, une enquête afin de faire une évaluation bénéfice/risque de cette e-cigarette. A la Réunion aussi le ventes explosent.
"Il faut faire preuve de prudence"... Alors que des centaines de milliers de français essayent d'arrêter de fumer, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a souhaité connaître les bénéfices et les risques de la cigarette électronique. Elle vient donc de commander une étude qui devrait permettre de déterminer s'il s'agit d'un produit de grande consommation ou d'un dispositif médical. Une étude que n'a pas attendu l'Afssaps. En 2011, l'Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé avait déjà recommandé de ne pas consommer de cigarettes électroniques. Leurs recharges contiennent du propylène glycol ou du glycérol, divers arômes et de la nicotine...produits qui, selon l'Afssaps, peuvent provoquer "des effets indésirables graves". Malgré cet avertissement, le produit s'est largement développé depuis l'interdiction de fumer dans les lieux publics y compris à La Réunion. Il faut dire que 500 décès en moyenne chaque année sont liés au tabac sur l'île. Cela représente, selon l'observatoire régional de la santé, 14% de la mortalité et c'est la première cause de décès par cancer. En 2010, 815 millions de cigarettes ont été mises à la vente sur le marché réunionnais.