Les comptes de Saint-Paul adoubés par la chambre régionale, mais...

société
Vue aérienne de Saint-Paul
La chambre régionale des comptes vient de rendre son rapport définitif sur la commune de Saint-Paul. Pas de dysfonctionnements mais des améliorations à apporter. ©Réunion 1ère
Les comptes saint-paulois sont bons, mais la gestion communale doit s'améliorer dans les domaines du logement, de l'enfance et du tourisme. Une commune dont 60% des fonds sont consacrés aux salaires des 3000 employés.
Les comptes de la commune de Saint-Paul restent opaques sans un inventaire de ses biens plus précis. Par ailleurs les magistrats de la chambre régionale des comptes dénoncent une discordance entre : "les documents budgétaires et comptables en matière d'immobilisation". Un écart qui pourrait fausser les comptes de la commune au final. 

Les employés communaux

Le gros point noir des finances saint-pauloises restent le coût de fonctionnement de la commune : "En consacrant 60% de ses dépenses réelles à sa masse salariale, la commune rigidifie ses charges".
Par ailleurs, les sages constatent un taux d'encadrement insuffisant des 3000 agents communaux.
Des remarques déjà effectuées lors de précédents contrôles des finances de la commune de Saint-Paul. 

Structurer le tourisme

Lors de cet "audit" la chambre attire l'attention de la municipalité saint-pauloise sur son manque de politique en matière de développement touristique : "la commune ne joue pas son rôle de coordination des actions menées par les différents acteurs du tourisme. Saint-Paul lance des événements touristiques et tente d'animer son territoire, mais peine à coordonner ses actions et les acteurs du secteur".

Manque de logements sociaux

Les magistrats soulignent l'urgence de se pencher sur plan local d'urbanisme. Un PLU en souffrance depuis 10 ans. "75%, de la population de cette commune pourrait prétendre à un logement aidé alors que la commune ne dispose que de 10% de logements locatifs sociaux. Sans compter la réhabilitation des logements insalubres". Un chantier colossal qui devrait connaître une accélération d'ici à 2016. 

Pas d'accueil pour la petite enfance

Dernier accroc de la gestion communale, l'accueil de la petite enfance. Saint-Paul comme les 23 autres communes doit faire face à un déficit de crèches. Mais dans ce domaine également les magistrats estiment que : "La collectivité n'a pas établi de système structuré et fiable d'information et d'orientation des parents à la recherche d'une solution de garde et n'a pas entrepris de complémentarité d'accueil de la petite enfance par le canal des écoles maternelles".