Seconde session d'assises : trois meurtres et des viols

faits divers
Reconstitution du meurtre de Yannick Reame
Loïc Bima avait donné un coup de couteau à la gorge de Yannick Réame. Un coup fatal qui avait sectionné la carotide de son adversaire. ©Réunion 1ère
Deux meurtres, une tentative et des viols au programme des quinze jours que durera cette seconde session d'assises de l'année 2013. Une session marquée par l'affaire Yannick Réame. Sa fin tragique sur la place du marché forain de Saint-Paul, avait donné lieu  à des violences urbaines.
Le mercredi 10 novembre 2010, il est 23 heures, Yannick Réame, 23 ans, vient d'être touché d'un coup de couteau à la carotide. Il s'écroule en se tenant le cou sur la place du marché forain de Saint-Paul. Sa petite amie qui se tenait à ses côtés au moment de l'incident n'a pas eu le temps de lui venir en aide. Quand les secours arrivent sur place, Il est déjà trop tard.

Des scènes de pillage

Les amis de la victime, touchés par cette tragédie, laisseront éclater leur colère, le lendemain soir, en saccageant un camion bar du front de mer. Plusieurs d'entre-eux seront interpellés et incarcérés dans la foulée pour ramener le calme au coeur de la sous-préfecture de l'ouest.
Loïc Bima, le meurtrier présumé, âgé d'une vingtaine d'années, sera le dernier à être jugé lors de cette seconde session d'assises de La Réunion. Le procès devrait avoir lieu les jeudi et vendredi 28 et 29 mars prochain.

Un sabre et de l'alcool

Dans la nuit du 9 octobre 2011, Patrick Blancard, 34 ans, est pris à parti par une bande de jeunes sur le front de mer de Saint-Leu. Pour une raison inconnue, Alexis Threstan, 31 ans, s'interpose pensant venir en aide à la victime.
Ce geste lui coûtera la vie. L'agressé se retourne contre lui.
Patrick Blancard sort un sabre et frappe à quatre ou cinq reprises. Des coups d'une violence inouïe. Lors de la reconstitution, le meurtrier présumé a tenté de justifier son geste en estimant être en état de légitime défense. Un sentiment qui s'explique par l'état d'ivresse dans lequel se trouvait le meurtrier présumé au moment des faits.
Patrick Blancard sera fixé sur son sort en début de semaine prochaine.

Patrick Blancard - Reconstitution du meurtre à St-Leu
©Réunion 1ère

Drame de la rupture

Sainte-Marie, le 27 janvier 2011, il est 9 heures du matin. Le ciel est bleu et soleil brille de mille feux sur Sainte-Marie. Laurent Perrier, 33 ans, pénètre chez les parents de son ex-concubine. Il est armé de deux sabres. Il frappe et frappe encore.
Il avait d'ailleurs annoncé sont intention de passer à l'acte à sa mère et à son employeur. Un geste conscient. Il s'est d'ailleurs arrêté dans une magasin de bricolage de Saint-André pour s'armer. Il est persuadé, que les parents de son amie, ont tout mis en oeuvre pour qu'elle le quitte. Par chance, l'entreprise criminelle de Patrick Blancard échoue. Le couple de 50 et 56 ans s'en sort avec de graves blessures, mais vivant.
L'agresseur sera jugé mercredi et jeudi par la cour d'assises, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. 

Laurent Perrier - Tentative meurtre à Ste-Marie
©Réunion 1ère



Les Outre-mer en continu
Accéder au live