Tennis : une réunionnaise devient professionnelle

sport
Tennis : Pauline Payet
Pauline Payet, 1ère joueuse professionnelle de tennis de la Réunion, s'entraîne à Roland-Garros depuis 1 an. ©Outre-Mer 1ère
La 1029ème joueuse de tennis du monde est une réunionnaise. Pauline Payet, la tamponnaise, est la première professionnelle de la balle jaune. Elle a intégré l'année dernière le CNE, Centre National d'Entraînement de la fédération française de tennis.
Le Centre National d'Entraînement de Roland-Garros accueille depuis un an Pauline Payet. La tamponnaise âgée de 18 ans, numéro un du tennis féminin à La Réunion, s'entraîne en compagnie des meilleures joueuses françaises. 1029ème à la WTA (World Tennis Association), elle était 782ème en janvier dernier.
2013 est en effet un peu plus compliqué, même si lors de sa dernière sortie à Torrent en Espagne, elle perd, contre une américaine, 6/4 au troisième set d'un match qualificatif pour un tournoi de 10 000 dollars. Une défaite qui permet d'espérer des jours meilleurs.
Un gros travail technique et physique a été entamé par les entraîneurs. Les bons résultats de 2012 vont revenir avec une dose de confiance et un peu de chance car Pauline Payet a conservé sa force de frappe exceptionnelle.

Trois ans de galère

Le conseiller technique régional, Emmanuel Brard connaît très bien la jeune joueuse. L'ancien professeur de natation, tennisman de haut-niveau, est à l'origine de l'éclosion de Pauline Payet dans ce sport : "Je me souviens. Elle avait 7/8 ans, elle apprenait à nager et elle a eu un problème d'oreilles. Il fallait qu'elle fasse du sport, je l'ai orienté dans cette direction. C'est une passionnée".
La réunionnaise est suivie par Alexandra Fusai, ex-championne responsable du haut niveau pour la FFT (fédération française de tennis). Avec le CNE, elle met fin à trois ans de galère. Trois années en métropole à se prendre en charge, à s'entraîner seule et à gérer son planning de tournoi rappelle Emmanuel Brard : "Les résultats ne sont pas encore à la hauteur. Bizarrement, elle a un passage à vide alors qu'elle vient d'intégrer cette structure. Mais difficile de savoir ou elle en est en un an".      
Reportage : Outre-Mer 1ère



Les Outre-mer en continu
Accéder au live