Port de La Réunion : solidarité et avertissement des dockers

social
Débrayage au Port
©Hubert Debeux
Les dockers ont débrayé pendant deux heures, ce mardi matin, au port Est. Une grève pour protester contre la loi sur la sécurisation de l'emploi et en solidarité avec leurs homologues de métropole qui ont débrayé pour la journée.
La CGTR ports et docks a débrayé ce mardi matin pendant deux heures, un signe de solidarité avec leurs homologues métropolitains qui protestent contre l'accord sur la sécurisation de l'emploi.
Il y a une semaine, la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC et le patronat signaient un document commun permettant, selon eux, de relancer l'embauche et donc inverser les courbes du chômage. Selon les signataires, dont sont exclus la CGT et FO, ce document protège les salariés dont les emplois sont menacés, permet aux entreprises de s'adapter aux marchés et instaure un dialogue social dans les sociétés qui sont en difficulté.

La casse des conventions collectives

La CGT et par extension la CGTR ne lisent pas ce document de la même manière. Pour Danio Riquebourg, secrétaire-général ports et docks qui s'est confié au micro d'Hubert Debeux, Réunion première radio : "Ce projet de loi n'a qu'un seul objectif casser la protection des travailleurs. Aujourd'hui, nous débrayons deux heures, c'est un avertissement. Ici, comme ailleurs, on tente de contourner la loi en faisant appel à des sociétés extérieures qui ne sont pas soumises à la convention collectives. Nous n'accepterons pas ce coup de force. S'il faut faire grève, nous sommes prêts. Il faudra alors nous déloger avec les forces de l'ordre".