publicité

Saint-Paul : des croquettes "péi" pour les chiens et les chats de La Réunion

Une usine de croquettes est en construction à Cambaie. Elle devrait produire différentes marques d'aliments pour chiens et chats dès les mois de septembre. Les carcasses de poulets des usines réunionnaises n'iront plus dans les décharges, mais vont être récupérées par l'usine.

© Hubert Debeux
© Hubert Debeux
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Les créations d'emplois sont rares à La Réunion ces derniers mois. Les articles se succèdent et confirment la morosité du marché de l'emploi. C'est donc avec un certain enthousiasme qu'est annoncé la création d'une nouvelle usine. Elle s'est installée à Cambaie juste à coté de l'Urcoopa. Pet-Food Run vient d'ouvrir ses portes. Elle se propose de produire localement des croquettes pour les chiens et les chats "Bourbon". La direction espère conquérir 50% du marché local dans les cinq ans. Au départ, huit employés sont nécessaires pour faire tourner la structure. Ils pourraient être dix-sept, si les prévisions sont respectées.

Jean-Louis Gaillard, directeur de Pet Food Run © Hubert Debeux
© Hubert Debeux Jean-Louis Gaillard, directeur de Pet Food Run


Les carcasses de volailles en croquettes 

Pour que les croquettes de nos amis à quatre-pattes soient aussi bonnes que celles produites en métropole, Jean-Louis Gaillard, directeur et créateur de Pet-Food Run a confié à Hubert Debeux de Réunion 1ère radio : "Nous sommes associés à Néodis qui est le groupe de fabrication des croquettes en Europe". Autre bonne nouvelle, cette usine va transformer 2 000 tonnes de carcasses de volailles par an. Celles-ci ne finiront plus bêtement dans une décharge, mais dans l'estomac de nos compagnons à poils longs et courts.

Des croquettes réunionnaises

Les premiers tests devraient avoir lieu au mois de juillet et la commercialisation des premières croquettes est prévue au mois de septembre. Cette usine coûte tout de même la bagatelle de 9 millions d'Euros. 50% de l'investissement ont été pris en charge par l'Europe et la France. Le porteur de projet est associé à l'Urcoopa et tous deux se sont engagés pour l'autre moitié du financement.
Une marque réunionnaise devrait voir le jour. Elle sera dans les linéaires des gardes surfaces dès le mois de septembre, elle devrait coûter moins cher.  

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play