Détournement à la COR : Jacques Virin sera présenté pour être mis en examen

faits divers
Caserne Vérines
©Réunion 1ère
L’ancien président directeur général de la coopérative des ouvriers de La Réunion, Jacques Virin sera mis en examen en fin de journée. Il est suspecté d’avoir détourné plus de 4 millions d’Euros des caisses de la coopérative des dockers. 
La garde à vue de Jacques Virin s’est poursuivie toute la nuit. Il a été entendu par les gendarmes de la section de recherche au sujet de sa gestion de la COR (Coopérative des ouvriers de La Réunion) de 1995 à 2011. Il aurait détourné plusieurs millions de cette structure pendant qu’il en présidait la destinée. Des fonds qui lui ont permis de s’enrichir et de favoriser ses proches et ses amis pendant plus de 15 ans.

L’argent des dockers dans sa poche

Jacques Virin était devenu le président directeur général de la COR en 1995 grâce à la CGTR ports et Docks et à ses amitiés au sein du PCR. Homme de confiance de ces deux entités, il était en charge de la défense des intérêts des dockers. La coopérative, à l’origine, gérait l’emploi des hommes qui allaient décharger les bateaux. 
Au fil du temps et de la structuration de la profession des dockers, la coopérative s’est diversifiée. Le PDG a profité de cette multiplication des activités de la COR pour monter des sociétés parallèles. C’est à partir de là, vers 2005, que l’homme de service est devenu un affairiste.

Libre, mais ses biens saisis

En fin de journée, Jacques Virin devrait être mis en examen pour abus de confiance, abus de biens sociaux, détournement de fonds et blanchiment d’argent. Le juge Jean-Pierre Niel, qui est en charge de l’instruction de cette affaire, pourra demander à la justice de saisir les biens du suspect à hauteur des fonds détournés. La facture pourrait dépasser les 4 millions d’Euros…  
Les Outre-mer en continu
Accéder au live